Une étoile filante dans le ciel parisien
Par Estelle Gapp
Sous le ciel étoilé de la coupole de Théâtre Ouvert, le comédien Laurent Poitrenaux incarne magnifiquement l’auteur Jean‑Luc Lagarce, dont le second volume du « Journal (1990-1995) » vient de paraître aux éditions Les Solitaires intempestifs…

« L’Apocalypse, c’est le moment où l’on voit » *
Par Maja Saraczyńska
Après une longue tournée dans le monde entier, les deux recueils des « Éphémères » sont enfin de retour au Théâtre du Soleil. Il ne s’agit point d’un simple spectacle théâtral, c’est tout un évènement, qui dure toute la journée et qui s’inscrit profondément dans l’esprit du spectateur.

Une soirée d’exception
Par Maud Sérusclat
Le théâtre de Montbéliard recevait le 28 février 2008 la compagnie des Dramaticules et leur dernière création : « Macbett », d’Eugène Ionesco. Vaste programme pour une jeune troupe audacieuse, qui s’est montrée bien plus qu’à la hauteur.

La salutaire violence d’« Umwelt »
Par Pascale Ratovonony
Quatre femmes et cinq hommes immobiles regardent intensément le public, du seuil d’un décor de métal occupant tout le fond de la scène – trois rangées de grandes lames métalliques et miroitantes disposées en quinconce au fond du plateau nu…

Vania magnifié de la M.C.93
Par Louise Pasteau
L’aire de jeu est minuscule, simplement le carré d’une pièce que meublent trois chaises et une table. Deux murs, deux portes. Les artistes entrent et sortent sans qu’on s’y attende, se mettent à parler à tout bout de champ dans cette langue qui roule les « r ».

« Huis clos », l’enfer ne se démode jamais
Par Diane Launay
Michel Raskine revient, quinze ans après sa première mise en scène de « Huis clos », sur le chef-d’œuvre de Sartre. Il en donne une lecture originale, déconcertante, qui nous fait voir ce classique sous un nouvel angle.

P… de show !
Par Franck Bortelle
Génie de la scène dans toutes les acceptions du terme, de la scène de ménage à la grande, celle de la vie, dont il nous offre une sacrée tranche, Denis d’Arcangelo est, durant deux heures, une Madame Raymonde truculente et drôle, poétique et émouvante, mélange aussi étonnant que détonant d’Arletty, Gréco, Mistinguett et la concierge de votre immeuble. Attention, performance !

Quand s’ouvre la porte de la réflexion et de l’imaginaire…
Par Candy Chevalier
Harold Pinter est le plus grand auteur britannique de théâtre contemporain. Il a d’ailleurs reçu le prix Nobel de littérature en 2005. Ses sujets de prédilection sont : la difficulté de s’exprimer et de communiquer, les névroses, le tragique de l’existence… Autant de thèmes porteurs de réflexions sur lesquels Eram Sobhani (le metteur en scène) a travaillé avec innovation. Il sublime et respecte l’univers et la langue du dramaturge.