Une tendre complicité
Par Estelle Gapp
Créée la saison dernière, la pièce, qui a pour toile de fond la crise économique en Argentine en 2001, prend un écho tout particulier en cette période de faillites américaines et de récession mondiale. À la fois drôle et émouvant, porté par une tendre complicité entre les comédiens, ce tableau de la vie ordinaire est aussi un dialogue engagé, qui nous rappelle que, avant d’être financière, la « valeur » est d’abord une vertu humaine.

Théâtre de l’urgence, théâtre nécessaire
Par Aurore Krol
« Incendies », j’en avais vu la mise en scène de Wajdi Mouawad, au Théâtre du Nouveau-Monde, à Montréal. Je m’en souviens comme d’un de mes plus beaux moments de théâtre, comme d’une expérience intensément bouleversante…

Dans quel état j’erre !
Par Olivier Pansieri
Hôpital psychiatrique de Ville-Évrard à Neuilly-sur-Marne. Il fait nuit noire. J’erre dans le parc à la recherche des « Anciennes Cuisines », où la Cie Vertical Détour présente « Kyoto Forever »…

« Orgon » de Molière
Par Olivier Pansieri
Et de Braunschweig pourrait-on dire, comme on le fit pour Planchon, Mnouchkine ou Gotscheff. Pierres blanches que ces architectes de l’imaginaire ont apportées à ce monument d’intelligence qu’est « Tartuffe »…

La mythologie pour les nuls
Par Olivier Pansieri
Que ceux qui n’aiment pas Wajdi Mouawad passent leur chemin. Nous l’adorons, et nous sommes donc d’autant plus navrés de ce pas de clerc heureusement commis à deux, qu’on peut voir en ce moment au Théâtre des Abbesses : « Le soleil ni la mort… », mis en bouillie par Dominique Pitoiset. Pour sa défense, il faut dire franchement que le texte n’est pas terrible.

Liaisons dangereuses ou drame bourgeois ?
Par Estelle Gapp
Dans la petite salle du Lucernaire, au doux nom de « Paradis », « l’Amant » de Harold Pinter ravive les flammes de la passion. La compagnie Patrick-Schmitt dissèque le sentiment amoureux dans un duel intense et pervers, où le couple se condamne à l’enfer du jeu. Mais dans ce théâtre de mœurs, le corps, paradoxalement, semble entravé. Censure bourgeoise ou parti pris masochiste ?

Bienvenue chez les Shitz !
Par Cédric Enjalbert
« Guerre, amour et saucisson », voici en trois mots résumé l’univers Shitz. Un petit monde, tout petit, au langage fleuri, à la truculence rabelaisienne, un monde moche et méchant où la vie se règle en musique…

À ne pas oublier
Par Maja Saraczyńska
De nombreux spectacles durant ce Off 2008 cherchent à puiser leur genèse dans cette Histoire douloureuse du xxe siècle, à rendre hommage aux Justes et à faire refluer vers nos mémoires les évènements des années quarante…

De Márquez à Tcheumlekdjian : quand le merveilleux est souverain
Par Aïda Asgharzadeh
Le Chien qui fume affiche complet tous les matins depuis le début du Off d’Avignon avec le deuxième volet du diptyque « Macondo-Erendira »…

Pas envie de rire ? Timide ? Pas de soucis, il vous prend à revers…
Par Isabelle Desalos
La Tache d’encre propose « Tu crois pas si bien rire », un one-man-show d’Olivier Sauton. Florilège de ses trois premiers spectacles, il nous fait partager « l’arnaque ». En effet, Olivier n’a rien à nous dire, à première vue.

Quand Pinter avait l’âge de Le Louët
Par Olivier Pansieri
À trente ans, Jérémie Le Louët a déjà une carrière derrière lui, dont « Salomé » d’Oscar Wilde et « Macbett » d’Eugène Ionesco, spectacles comme on dit « prometteurs ». Le voici au Balcon avec « Hot House » de Harold Pinter (78 ans, prix Nobel de littérature en 2005), qu’il a mis en scène. Flegme, malaise et humour noir, avec en prime cette audace des grands délinquants du théâtre. Ceux qui ne connaissent qu’une seule loi : la leur.

Pour amateurs d’opéra, et aussi pour tous les autres qui ont un tant soit peu d’humour
Par Isabelle Desalos
Le Théâtre du Balcon nous propose pour ce Off 2008 le récital d’Anne Baquet, chanteuse lyrique, comédienne, danseuse, clown par instants, et toujours surprenante. Un savoureux mélange de diva et de femme comme tout le monde.