Une quasi-perfection
Par Vincent Cambier
Du 7 au 29 juillet 2006, le Théâtre de la Passerelle de Limoges, conduit par son maître ès théâtres Michel Bruzat, donne « les Bonnes », de Jean Genet. À couper le souffle.

« C’est moi, ce silence qui te caresse »
Par Vincent Cambier
Les 14 et 15 avril 2005, au Théâtre des Halles, la compagnie de l’Homme-au‑Nez‑Rouge présentait « l’Histoire des ours pandas racontée par un saxophoniste qui a une petite amie à Francfort », de Matéï Visniec.

Racler la douleur jusqu’à l’os
Par Vincent Cambier
Grand et terrible souvenir que ce « Lambeaux », aux Trois Pilats ! Décidément, Pascal Papini a du flair pour orpailler les pépites. Quand on pense que ce lieu artistique risque la mort à chaque instant, faute de subsides injectées dans ce corps moribond… « Avignon, ville de culture », pourtant, croit‑on savoir. Foutaises !

« Je suis une ratée ! »
Par Vincent Cambier
Il est des découvertes qui font le miel du « critique », qui le requinquent les soirs de blues. C’était le cas, le 13 octobre 2004, avec le spectacle de Chloé Chevalier, jeune comédienne prometteuse d’Avignon.

Une énigme d’interprétation
Par Vincent Cambier
« Les Partitions frauduleuses » données par la compagnie du Midi restent pour moi un mystère. Total. Une énigme d’interprétation et de direction d’acteurs dont je n’ai pas les clefs. Et, de toute façon, je n’ai même pas trouvé la serrure.