« La Tournée », de Caroline Melon, projet itinérant de la Paperie, centre national des arts de la rue et de l’espace public, en Loire-Atlantique

« La Tournée » par De chair et d’os © Caroline Melon

Une « Tournée » cousue de fil rouge

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Beaucoup de gens, sur
 sept communes, trois artistes talentueux, une caravane rutilante et un pain spécial, inspirateur de tas d’histoires. Avec la « Tournée », la Paperie (centre national des arts de la rue et de l’espace public) occupe bien le territoire.

De « bonnes pâtes » dans le pétrin jusqu’au cou ! La Paperie a fait appel à Caroline Melon pour concevoir et mettre en œuvre l’un de ses derniers T.E.R. (territoires en résidence) à Derval, Jans, Lusanger, Marsac-sur-Don, Mouais, Saint-Vincent-des-Landes et Sion-les-Mines. Autour de ce projet, l’auteure et directrice, qui vient de fonder la compagnie De chair et d’os, a réuni un scénographe, une designer culinaire et un graphiste.

Cette association, dont le nom traduit bien la démarche – créer au contact des gens – invente des projets artistiques en fonction des contextes. Elle rassemble des équipes aux profils variés qu’elle met en scène pour des actions qui correspondent à leur savoir-faire, avec un léger pas de côté amené par un récit collectif. « Il s’agit de trouver le dénominateur commun, de rassembler par du poétique, quelle que soit la forme, car là où il y a des humains, il y a des histoires », explique Caroline Melon. « Le réel est notre vivier, le documentaire notre base », ajoute Éric Aubry, le directeur de la Paperie. « Nous valorisons souvent l’existant par un simple changement de regard. »

Des histoires croustillantes

L’auteure a été inspirée par la force symbolique du pain et l’imaginaire de cet aliment à partager : « Nous sommes allés interroger petits et grands sur des histoires de pain, des souvenirs, des anecdotes de famille, des récits de boulangerie. Parce que le pain, tout le monde a quelque chose à en dire : le pain des religions, les miches des contes et légendes, le morceau de baguette que l’on croque tout chaud en sortant de la boulangerie, la tartine du petit-déjeuner, le croûton que sucent les bébés, le pain de ménage au milieu de la table et toutes les superstitions, les grandes histoires, comme la Révolution Française, ou les petites de nos quotidiens ». Caroline Melon se réjouit d’avoir ainsi pu trouver de nouveaux compagnons, des copains (l’étymologie aide aussi à dégager des pistes !).

L’équipe a effectivement recueilli des histoires glanées par les enfants auprès de leurs parents, grands-parents et voisins. Grâce à elles, la designer culinaire Julie Rothhahn a inventé un pain spécial : « Une régalade pour les yeux et les papilles. Ce pain est fabriqué par les boulangers des communes, quatre d’entre eux, qui ont eu envie de joindre la farine à la parole ! », explique-t-elle.

Il ne s’agissait pas seulement de contribuer à faire vivre le commerce de proximité. En novembre, Julie Rothhahn, Caroline Melon et Jonathan Macias (le scénographe) ont partagé les petits matins des artisans, les observant travailler, mettant même la main à la pâte. Dans la chaleur des fours et la bonne odeur de pain chaud, ils ont discuté, pétri et saisi à quel point cette matière est vivante. Et pas seulement quand elle lève. Ils ont alors pu imposer une contrainte, notamment technique : intégrer un fil (rouge) dans la croûte.

Tricoter

Poursuivant leur but – tisser des liens – Caroline et ses complices se sont ensuite concentrés sur de précieux temps d’échange autour des savoir-faire locaux et des histoires personnelles. Ils ont vendu le pain, aussi bon que savoureux, dans une caravane, lors d’une tournée régulière de janvier à juin. Relookée et décorée aux petits oignons, cette Oregon des années 0970 a dû vivre quelques beaux étés de vacanciers,
 avant que la Paperie ne la rachète. Là aussi, des structures locales partenaires ont été sollicitées. À la Maison de la ruralité, le groupe tricot et tissage a apporté une touche rétro à l’ensemble, tandis que l’équipe des vanniers a pris en charge les corbeilles à pains. Le charme suranné de l’ensemble donne à l’ensemble un air décalé très bien vu. En guise d’emballage pour les pains, des bulletins municipaux miniatures reproduisent des histoires et des dessins amenés par les enfants, le tout mis en page par Franck Tallon.

On l’a compris, le processus importe davantage que le spectacle, au sens classique du terme. Après les ateliers et l’itinérance, une restitution est quand même prévue. Le 25 juin, à l’étang de la Roche à Marsac-sur-Don, la Dernière Fournée fera découvrir de nombreuses surprises autour de ce qui aura été produit pendant l’année. Dix propositions pour un territoire en découleront, parmi lesquelles des réponses à des besoins quasi vitaux, comme un apéro annuel sur la place du village ; d’autres plus créatives, comme le Madisson du boulanger, une flash mob mettant à l’honneur la beauté de ces gestes d’artisan ; d’autres loufoques, comme la liste des prénoms de toutes les vaches recensées sur ce territoire laitier, ou encore une robe confectionnée pour l’une des nombreuses éoliennes, nouvel emblème du paysage.

Décidément, en pensant aux moindres détails, Caroline ne serait-elle pas un peu dentellière dans l’âme ? Amusante, aussi, cette idée d’habiller des petits cailloux en crochet. Et très belle métaphore. Encore plus parlant : cette nappe patchwork, sur laquelle les gens pourront festoyer et partager toutes ces richesses du territoire, non sans laisser de miettes, évidemment. Indubitablement, ces moments inoubliables laisseront des traces et le fil rouge de toutes ces histoires reliera les gens. Des langues tricotées ? Quoi qu’il en soit, une bonne recette pour mieux vivre ensemble. 

Léna Martinelli


La Tournée, de Caroline Melon

Compagnie De chair et d’os

Conception et écriture : Caroline Melon


Mise en œuvre : Jonathan Macias et Caroline Melon


Scénographie : Jonathan Macias


Design culinaire : Julie Rothhahn


Graphisme : Franck Tallon, avec la participation de Magali Julien, Marion Noguès, Ramon Ortiz de Urbina, Myriam Pasco

Photos : Caroline Melon © Jonathan Macias

La Paperie, centre national des arts de la rue et de l’espace public – Angers • 61-63, rue de la Paperie • 49124 Saint-Barthélemy-d’Anjou

Du 22 novembre 2016 au 24 juin 2017, dans les communes de Derval, Jans, Lusanger, Marsac-sur-Don, Mouais, Saint-Vincent-des-Landes, Sion-les-Mines (44)

Renseignements : 07 81 70 29 93

Tout public • Gratuit

Pour suivre le carnet de bord de la caravane ☛

Tournée :

– Jeudi 22 juin : de 10 heures à 13 heures à Mouais (en face de la Mouai’tte rieuse) • de 15 heures à 18 heures, à Lusanger (place de l’église) • à 19 heures, apéro à Lusanger (à l’entrée du Vieux Bourg – D39 en direction de Mouais / Sion-les-Mines)

– Vendredi 23 juin : de 10 heures à 13 heures, à Saint-Vincent-des-Landes (à côté de la médiathèque) • de 16 heures à 18 h 30, à Marsac (devant le bar)

– Samedi 24 juin : de 9 h 30 à 12 h 30 à Derval (sur le marché)

– Dimanche 25 juin, La Dernière Fournée à l’étang de la Roche à Marsac-sur-Don : de 11 heures à 12 heures, apéro offert • de 12 heures à 14 heures, pique-nique partagé • de 14 heures à 16 heures : ateliers, jeux, sieste, promenade autour du lac • de 16 heures à 18 heures : goûter partagé