J’entends des voix
Par Esther Mano
Pour sa première mise en scène, Florian Santos a choisi d’adapter librement l’œuvre de Gaston Leroux, « le Fantôme de l’Opéra », publié en 1910 et largement revisité au cinéma. C’est ainsi que samedi, en fin d’après midi, le N.T.H.8 (Nouveau Théâtre du Huitième) vibrait au rythme du suspense.

La crainte et l’attente
Par Éric Demey
Voilà le sort de l’homme. Qu’il soit spectateur de « Purgatoire » ou dans l’espoir d’être repêché. Car une même question taraude la pièce, le théâtre, l’homme et le pécheur : comment s’en sortir ?

Quand un clown nous parle de psychanalyse…
Par Candy Chevalier
La lumière se lève sur un clown (mi-auguste, mi-clown blanc) à l’apparence singulière et intrigante d’une cheftaine scoute. La scène est quasi vide. Seul un vieux canapé jaune et déformé trône au centre du plateau. Emma nous annonce rapidement la couleur : elle veut mourir, devenir « invivante » comme elle dit.

Quand la parole est un geste
Par Aurore Krol
L’auteur est italien, s’appelle Fausto Paravidino, et il est âgé de 31 ans. Son écriture ravive le genre du théâtre politique, du « théâtre enquête », comme il le dit lui-même…

Phallo, macho, scato… pas beau !
Par Franck Bortelle
Trois hommes et une femme. C’est du Lellouche. Non, pas Claude. Hélas. D’ailleurs, ça ne s’écrit pas pareil. Mais surtout, ils n’écrivent pas pareil…

Prof ou professeur ?
Par K.R.
« Prof » évoque le désespoir d’un enseignant en manque de reconnaissance. Bien que portant sur un sujet intéressant, la pièce s’inscrit difficilement dans le beau théâtre qu’est la Comédie des Champs-Élysées.