Reprise de « Ervart ou Les Derniers Jours de Frédéric Nietzsche »
Un chant d’amour au théâtre pour un athlète affectif, Vincent Dedienne, qui incarne la dinguerie salvatrice d’un dément éclairé à la tête d’un défilé de monstres. Barré et baroque !