Viens dans mon île 2014, le bilan

Viens dans mon île 2012

Ils sont bel et bien venus à L’Île-d’Yeu !

Par Léna Martinelli
Les Trois Coups

Des artistes de talent, du public enthousiaste, des forces vives, des soutiens institutionnels et privés… ils étaient nombreux à être au rendez-vous de Viens dans mon île, festival de musiques actuelles à L’Île-d’Yeu. Bilan.

Encore plus de succès pour cette nouvelle édition ! Malgré la pluie, surtout gênante à la troisième soirée, ce festival orchestré de main de maître par l’association Viens dans mon île peut s’enorgueillir d’avoir su rassembler près de 6 000 spectateurs sur les trois soirées. Les concerts de Zaz et de Julien Doré ont d’ailleurs affiché complet. Mais tous les artistes ont su faire vibrer le public, avec des shows de qualité : « La programmation de cette année était vraiment “dans le coup”. Pour cette troisième édition, nous avons senti que nos propositions correspondaient davantage aux attentes du public. Toutes les tranches d’âge ont ainsi pu se faire plaisir : les jeunes, les familles et les 40‑50 ans », explique Antoine Grésillon, le président de l’association.

Du rock, de la pop, des airs soul, jazzy, latino… Relevons effectivement l’éclectisme de la programmation, avec des têtes d’affiche attendues et d’autres musiciens qui ont leur fan-club d’inconditionnels sur l’île. De nombreux spectateurs venus du continent pour l’occasion ont également pu faire de belles découvertes. Ils ont été 700 à prendre les navettes spéciales depuis Saint-Gilles-Croix-de-Vie, sans compter ceux venus plusieurs jours pour profiter du cadre exceptionnel de L’Île-d’Yeu.

Portés par plusieurs médias partenaires, les journalistes ont été plus nombreux à relayer l’évènement. Cette meilleure médiatisation n’a rien enlevé à l’ambiance intimiste du festival. De toute façon, la jauge limitée au sein des remparts de la Citadelle (environ 2 200 places) préserve son aspect convivial. D’ailleurs, les artistes sont les premiers à relever la qualité de l’accueil. On ne sait pas qui se sera prêté au sport local, la pêche à la morgate (ces seiches qui sont l’effigie du festival), mais tous souhaitent revenir pour de plus longs séjours. Balades en vélo, survol en hélicoptère, sorties dans les bars à Port-Joinville… de nombreuses occasions leur ont permis de profiter des atouts de l’île et de rencontrer la population, laquelle s’implique véritablement dans le festival.

Heureusement, l’organisation peut compter sur la participation de 130 bénévoles, dont certains s’activent plusieurs mois avant le lancement du festival. Ce n’est effectivement pas une mince affaire que d’organiser une manifestation de cette ampleur : 250 m³ de matériel acheminé par la mer depuis Fromentine, 150 personnes à accueillir, car, on l’oublie souvent, les artistes sont accompagnés de leurs musiciens, bien sûr, mais aussi de leur équipe technique et de leur staff.

Des besoins exceptionnels

Transport en bateau, hébergement, restauration… Cette logistique importante nécessite des moyens exceptionnels. Si le conseil général de la Vendée a renouvelé son aide en prenant à sa charge le transport du fret, il a, pour la première fois, attribué une subvention financière directe. Par contre, l’apport financier de la région Pays de la Loire se fait toujours attendre. Celle de la mairie aussi, même si celle-ci participe sur le plan matériel et technique. Mais pour permettre aux commerçants et artisans de tirer un bénéfice économique optimal de cet évènement, il faudrait des subsides, notamment pour un plan promo plus important sur toute la côte et un budget publicitaire digne de ce nom. Viens dans mon île n’est-il pas un formidable levier pour le tourisme et la notoriété de L’Île-d’Yeu ? Et puis, l’association mériterait bien un coup de pouce financier.

Heureusement, P.M.E. et commerçants, ils sont nombreux à avoir mis la main à la poche, avec plusieurs d’entre eux qui ont même doublé leurs efforts économiques depuis leur première participation. Le festival ne serait pas ce qu’il est sans le soutien des partenaires privés. Sans eux, rien de possible !

Un dynamisme qui permet à Viens dans mon île de figurer dorénavant parmi les festivals incontournables de l’été. Alors, vous aussi, venez… Les dates ne sont pas encore arrêtées, mais vous pouvez d’ores et déjà réserver votre première semaine d’août pour rêver, chanter, danser sur une des plus belles îles françaises. 

Léna Martinelli


Viens dans mon île, 2014

http://www.viens-dans-mon-ile.com/

contact@viens-dans-mon-ile.com

La Citadelle • 85350 L’Île-d’Yeu

Accès fléchés depuis Port-Joinville

Du 5 au 9 août 2014 à 20 heures

  • Mardi 5 août 2014 à 20 heures : Home Most Days, Gush, Skip the Use
  • Jeudi 7 août 2014 à 20 heures : Zaz, Julien Doré
  • Samedi 9 août 2014 à 20 heures : The Group, Bernard Lavilliers, Elmer Food Beat

Pass 3 jours 95 € | le 5 août : 35 € | le 7 août : 39 € | le 9 août : 39 €

Tarif moins de 12 ans : 15 €

Navettes spéciales de la Compagnie vendéenne (départ : Saint-Gilles-Croix-de-Vie chaque soir à 18 heures et retour en fin de spectacle) à 10 € l’aller-retour

Depuis Fromentine, Yeu Continent propose aussi des horaires adaptés et une remise spéciale de 30 % sur le billet aller-retour des festivaliers (« Escapades spéciales festival »)

www.compagnievendeenne.com • 0825 139 085

www.compagnie-yeu-continent.fr