Hôtel des esprits
Par Marie Lobrichon
Pour le troisième volet de sa « traversée » sous le signe de la féminité noire, Eva Doumbia dynamite le huis clos classique et livre la scène aux fantômes du passé esclavagiste. Un métissage brutal et complexe, puissant et bruissant d’évocations, qui séduit autant qu’il interroge.