Un désir fou de désordre
Par Lorène de Bonnay
La pièce déroule un film rêvé, une variation autour d’une persona truculente et anarchique, Jean Yanne. Bien plus qu’une comédie biographique, ce spectacle jubilatoire et décalé, mêlant les arts, parle de création, de politique et met en perspective notre époque.

Trop court de cirque ?
Par Laura Plas
Court spectacle de cirque, « Hektor », le nouvel opus d’Olivier Meyrou présenté dans le cadre du festival Des(Illusions) au Théâtre Monfort exploite les ressources de l’acrobatie au service du burlesque (ou l’inverse). Sympathique, mais un peu court justement.

Cavale amoureuse
Par Bénédicte Fantin
Road trip haletant et histoire d’amour transgressive, « Seasonal affective disorder » est une pièce à l’énergie folle. Pas d’effets de réel ni d’accessoires, seulement un plateau quasi nu et deux comédiens virtuoses : Anne-Lise Heimburger et Laurent Sauvage. Deux passeurs d’exception qui nous font entendre la beauté mystérieuse du texte de Lola Molina.

Jonglerie métaphysique
Par Lorène de Bonnay
Après le solo « Bruit de couloir », créé en 2013 et qui a tourné en France et en Asie jusqu’en 2017, Clément Dazin présente « Humanoptère », un ballet chorégraphique pour sept jongleurs. Ce spectacle, hybride et puissant, recèle de visions fulgurantes qui questionnent les gestes d’une humanité polarisée sur le travail.

Dans la peau
Par Léna Martinelli
Rien de bien original que d’aller voir un spectacle sur l’amour le jour de la Saint-Valentin ! Pourtant, on s’est laissé tenter par le duo de Kaori Ito et Théo Touvet, lesquels témoignent de leur rencontre charnelle. Une magnifique mise à nu.

Ballade rock au pays des trolls
Par Bénédicte Fantin
Irina Brook adapte la pièce fleuve d’Ibsen, œuvre inclassable à mi-chemin entre le récit d’initiation et le conte philosophico-fantastique. Il en résulte un spectacle foisonnant d’énergie et de poésie, fruit de la rencontre improbable entre l’univers du folklore scandinave et de l’underground new-yorkais.

Féminin pluriel
Par Léna Martinelli
Au-delà du mythe, Carmen représente la révolte en chantant et en dansant. Avec « Carmen(s) », José Montalvo nous offre une explosion jubilatoire de vie et de rythmes. Un hymne à la liberté pour toutes les femmes. D’ici et d’ailleurs.

L’enfance de l’art ?
Par Léna Martinelli
Au dernier Festival d’Avignon, les images choc et les instants de grâce d’Emma Dante ont marqué les esprits. Repris au Théâtre du Rond-Point, « Bestie di scena » peut en laisser certains perplexes, voire les mettre mal à l’aise. Pourtant, cette recherche aboutit à un spectacle remarquable.