« Croiser les combats féministes avec les autres oppressions »
Par Aurore Krol
Lumière d’août est un collectif d’auteurs bien connu à Rennes. Depuis 2005, les six dramaturges développent une écriture politique et poétique très liée au travail de plateau. Nous avons rencontré l’une des membres, Marine Bachelot-Nguyen, à l’occasion de la reprise d’« Histoires de femmes et de lessives ». Elle nous parle de féminisme intersectionnel et du passé du domaine Saint-Cyr, qui a été la genèse de cette pièce.

Hospitalité ambiguë
Par Aurore Krol
Québec, terre d’accueil ? En détournant le très ritualisé examen de citoyenneté auquel sont soumis les nouveaux arrivants désireux d’obtenir la nationalité canadienne, Olivier Choinière ironise sur l’aspect folklorique du patrimoine culturel qui leur est transmis. Dans « Polyglotte », il met en lumière les incohérences de cette démarche en superposant éléments de tradition et réalité parfois peu glorieuse.

Réussir sa déchéance
Par Aurore Krol
Sur la scène de l’Usine C, dans le cadre du Festival TransAmériques à Montréal, neuf comédiens au sommet donnent corps à « Variations pour une déchéance annoncée », une subtile réadaptation de « la Cerisaie » de Tchekhov.

« Créer des tempêtes dans les corps et les têtes »
Par Aurore Krol
Évènement incontournable de la danse et du théâtre à Montréal, le Festival TransAmériques (F.T.A.) est un espace de soutien et de visibilité majeur pour la création artistique en Amérique du Nord. Son directeur artistique, Martin Faucher, répond à nos questions à quelques jours du lancement de cette nouvelle édition.

Miossec ouvre le bal
Par Aurore Krol
À l’heure pour la soirée d’ouverture du festival Mythos, bière en main et impatience retenue, je m’apprête à retrouver Miossec après dix ans d’absence. J’y vais un peu fébrile, comme à un rendez-vous repoussé trop de fois. Pourtant, aucune raison d’être déçue : des premières notes aux ultimes mots du dernier rappel, une poésie rude et toute finistérienne irradie le Cabaret botanique.

« Têtes d’affiche et formes atypiques »
Par Aurore Krol
D’ici à quelques jours, le parc du Thabor sera paré de ses plus beaux atours printaniers : lampions et Magic Mirror symbolisant l’arrivée du festival Mythos, de ses conteurs et de ses spectacles protéiformes. Mael Le Goff, le directeur artistique, détaille avec nous les couleurs de cette dix-neuvième édition.

Ne jamais être à terre
Par Aurore Krol
À Brest, les dix interprètes de « Badke » réécrivent les pas d’une danse folklorique du Moyen-Orient, entre identité de groupe et dévoilements intimes. Une chorégraphie au rythme endiablé, instantanément joyeuse, qui s’ouvre progressivement à des tableaux narratifs évoquant les territoires occupés en Palestine.

Le coup de grâce
Par Aurore Krol
Voyage aux frontières de l’irréel, « les Limbes » est un spectacle sur l’identité, le double et la mort. Étienne Saglio y dépeint un homme luttant avec ses fantômes. C’est aussi et avant tout une singulière démarche graphique et scénographique. De toute beauté.

Angélica Liddell éructe sa douleur
Par Aurore Krol
Angélica Liddell n’était pas satisfaite de la manière symbolique dont le viol de Lucrèce a été interprété au cours des âges. Elle lui donne une nouvelle ampleur dans une pièce qui ravage toute prétention moralisatrice.

Loin du conte
Par Aurore Krol
Avec « Petits contes d’amour et d’obscurité », l’ancien élève de l’école du T.N.B. explore un diptyque douloureux, fait de fantasmes, de frustrations et de mélancolie. Le tout dans une langue viscérale et vicieuse dont la beauté ne suffit pas à faire oublier les maladresses de mise en scène.

L’âme des poètes maudits ressuscite
Par Aurore Krol
Délaissant un peu le rôle précurseur qu’il s’était donné en la matière, le festival Mythos a cette année fait la part belle aux têtes d’affiche en ce qui concerne la programmation musicale…

Histoire belge
Par Aurore Krol
Comme une fête de fin d’année qui aurait été orchestrée par Alfred Jarry, « la Tragédie du Belge » marque de son empreinte décalée la programmation 2014 du festival Mythos. Un spectacle tout en distanciation et en rire, qui finit par développer son propre vocabulaire poétique.