Étincelant et intelligent
Par Trina Mounier
Après avoir monté Pasolini et Koltès, la petite jeune Louise Vignaud, qui s’apprête à prendre la direction du Théâtre des Clochards-Célestes, haut lieu de la création à Lyon, met en scène aux Célestins « Tailleur pour dames », une mise en pièces diablement bien tournée de Georges Feydeau.

Un Feydeau encore un peu jeune
Par Élisabeth Hennebert
Cinq énergiques débutants montent au feu armés de leur seul enthousiasme : un résultat incomplet mais prometteur.

Frais, Feydeau frais !
Par Laura Plas
La Boîte du souffleur dépoussière « Tailleur pour dames ». Une équipe jeune et engagée, un décor et des costumes légers, un jeu qui tire vers le clown : voilà de bonnes idées. Le spectacle frais et pétillant révèle ainsi l’esprit de Feydeau.

Françon chorégraphie Feydeau
Par Maja Saraczyńska
Une fois de plus (après « l’Hôtel du Libre-Échange », « la Dame de chez Maxim » et « Saute, marquis »), Alain Françon met Feydeau à l’épreuve du plateau d’aujourd’hui…

Feydeau fait mouche
Par Élise Noiraud
« La Dame de chez Maxim » est probablement la pièce la plus célèbre de Feydeau. C’est celle de tous les excès, tant du point de vue de sa longueur et du nombre de personnages…

Rire par intérim
Par Myriam Lemétayer
Jean-Louis Martinelli revisite Feydeau. C’est drôle, mais pas ébouriffant. Original, mais pas transcendant. « Les Fiancés de Loches » est une pièce agréable, semée de jolies trouvailles, et qui a le mérite de respecter sa part du contrat : faire rire.