« Donner du temps au temps »
Par Marie Pons
Anne Teresa De Keersmaeker bouscule son système et nos habitudes en orchestrant une rencontre entre la musique de Brian Eno et la plume de Shakespeare. Au risque d’en perdre quelques-uns en chemin.

Technopolis
Par Marie Pons
Invité par Rodrigo García à créer une pièce sur mesure pour Montpellier Danse, Luis Garay détonne en sculptant un monde postapocalyptique où l’être humain est réduit à l’état d’esclave empêtré dans la technologie. Fascinant.

Corps étrangers
Par Marie Pons
Ces deux-là se côtoient, échangent et collaborent sur le plan chorégraphique depuis plus de vingt ans. Le chorégraphe canadien Benoît Lachambre et Fabrice Ramalingom, enfant de Montpellier héritier du travail de Dominique Bagouet, livrent pour cette première création à deux voix un duo fusionnel, un corps-à-corps qui déborde le terrain de l’humanité pour se frotter au hors-norme, à l’extraterrestre. Une performance teintée d’étrangeté dont on sort perplexe.

L’Ode à la joie
Par Marie Pons
Avec « Gala », sa nouvelle création présentée en première mondiale à Bruxelles, Jérôme Bel donne toutes ses lettres de noblesse au mot « amateur » – littéralement, celui qui aime – en faisant le pari de monter un spectacle avec une vingtaine de personnes réunies par l’amour de la danse. Un vrai baume au cœur.

Souffles en chœur
Par Marie Pons
Durant neuf semaines, la compagnie Rosas a élu domicile au musée Wiels à Bruxelles, invitée à présenter son travail. Anne Teresa De Keersmaeker en a retiré une performance dépouillée pour deux corps et une flûte traversière. Une pièce taillée dans la dentelle, à apprécier comme un ornement délicat qui couronne plus de trente ans de carrière.