Ils brûlent les planches
Par Trina Mounier
Plusieurs années après « Bérénice », Gwenaël Morin revient à Racine avec « Andromaque » et une (presque) nouvelle troupe. La guerre et l’amour s’invitent sur le plateau avec rage et fureur.

Il était une fois… Nathalie Béasse
Par Trina Mounier
Nathalie Béasse a cette qualité indispensable au conteur : elle sait broder. Après « Happy Child », voici « Tout semblait immobile » : l’imagination va bon train !

Béasse nous laisse béats
Par Trina Mounier
C’est avec curiosité que je me suis rendue au Théâtre du Point‑du‑Jour pour y voir un spectacle de l’inconnue à qui Gwenaël Morin vient de remettre les clés pour quatre mois, « Happy Child ». J’en ai été bien récompensée !

Feuilleton théâtral haletant
Par Michel Dieuaide
Dans son frénétique laboratoire de théâtre permanent, au Théâtre du Point-du-Jour à Lyon, Gwenaël Morin, soutenu par une fantastique équipe de comédiens, met en scène « Othello », de William Shakespeare, à raison d’un acte joué par semaine. Étonnant et impertinent pari qui réussit à trouver son public.

Brut et furieux
Par Michel Dieuaide
Après la trilogie Molière au dernier trimestre 2013, Gwenaël Morin et son Théâtre Permanent s’attaquent à Shakespeare. Premier acte de cette nouvelle trilogie : « Macbeth », une paranoïaque traversée théâtrale à souhait déjantée, présentée au Théâtre du Point-du‑Jour à Lyon, du 8 janvier au 8 février 2014.

Vive les comédiens !
Par Trina Mounier
Premier spectacle de la saison et du cycle Molière pour Gwenaël Morin, qui démontre une fois de plus brillamment l’efficacité de sa direction d’acteurs avec, pendant que sa « troupe » tourne les quatre Fassbinder ailleurs en France, de jeunes comédiens tout juste sortis du conservatoire.

Théâtre à vif
Par Trina Mounier
Fille d’Œdipe, héritière d’un destin tragique, Antigone est vouée au malheur… Le personnage de cette frêle jeune fille promise à une mort terrible a inspiré un nombre conséquent d’auteurs…

La parole comme matière à penser
Par Trina Mounier
Ce sont deux textes très courts de Peter Handke qui font partie des quatre pièces parlées qu’il ait écrites. Ce sont des étranges objets littéraires qui n’ont de pièce que le nom…

Moi, j’aime le music-hall…
Par Trina Mounier
Et en chansons, avec paillettes, strass, bas de soie, gambettes satinées, décolletés pigeonnants… Je l’aime surtout, et peut-être même uniquement, quand le spectacle tient plus de la revue féministe que de l’attrape-gogos en mal de « hot Paris by night » !