Les « miroirs obscurs » * d’O’Neill et Norén
Par Lorène de Bonnay
Le dramaturge suédois Lars Norén, hanté par la pièce autobiographique « Long voyage vers la nuit » (1941) du fondateur du théâtre classique américain Eugene O’Neill, écrit « Embrasser les ombres » en 2002…

Le crépuscule enchanteur d’Eugène O’Neill
Par Fabrice Chêne
Dans la petite salle de la Colline, la pièce crépusculaire et autobiographique d’Eugène O’Neill prend tout son relief. Le mérite en revient à Célie Pauthe, qui a su donner vie à ce testament littéraire aux accents tragiques, et à cinq comédiens formidables.