Enthousiasme et engagement des comédiens
Par Maja Saraczyńska
La Cie Barbès 35 s’attaque au texte de Matéï Visniec avec la même férocité que ledit auteur avait conçu son « Histoire du communisme racontée aux malades mentaux » en 1998…

Un puissant somnifère
Par Olivier Pansieri
L’avant-dernière pièce de Shakespeare, dite sur un ton monocorde par des comédiens loin les uns des autres et, plus encore, me semble-t‑il, de cette œuvre sensible, subtile et généreuse. Comme si son metteur en scène Jacques Osinski n’avait retenu de ce « Conte » que « l’hiver ». Un hiver tristounet et bien long.