Risque du désir, désir du risque
Par Trina Mounier
Véronique Bettencourt est une artiste singulière aux talents multiples dont les dernières créations flirtaient avec le documentaire, le questionnement philosophique et l’enquête. Elle revient au texte littéraire aux côtés de Stéphane Bernard, immense passeur de textes et acteur de haute volée. Ensemble ils portent haut « Le Funambule » de Jean Genet.

« Laissez-vous embarquer pour une traversée de l’inouï »
Par Florence Douroux
Pas de grand rendez-vous public pour cette seconde édition, mais la Nuit du Cirque ne s’éclipsera pas. Elle brillera d’autres feux, allumés différemment dans la France entière et une partie de l’Europe. Les artistes vont se montrer et exposer leur travail : tout est prêt. Il suffira de se connecter du 13 au 15 novembre, pour les retrouver, avec leurs sourires, leurs efforts, leur détermination et leur créativité foisonnante, malgré notre ciel encore sombre.

Une ultime cérémonie, festive et amère
Par Lorène de Bonnay
Les Trois Coups
La troupe du Raoul Collectif présente sa troisième création : « Une Cérémonie » part en guerre contre tout ce qui pourrait entraver ses pulsions de vie, expie quelques maux de notre époque et communie avec son public. Avec une joie presque sans bornes.

Continuité du travail assurée au sein des lieux culturels
Annonce
Suite à la demande de Robin Renucci, président de l’ACDN (Association des centres dramatiques nationaux), le Premier Ministre Jean Castex autorise « le travail préparatoire aux spectacles, les répétitions, les enregistrements et les tournages afin de préparer les activités de demain ».

Des ombres qui enchantent notre nuit
Par Lorène de Bonnay
Les Trois Coups
Après avoir monté « Karamazov » en 2016, Jean Bellorini revient à Avignon avec un nouveau spectacle exigeant et complexe. « Le jeu des ombres » est une commande faite à Valère Novarina, inspirée par le mythe d’Orphée. Une création tout en clair-obscur et en dissonance, qui célèbre les noces de la musique, de la poésie et du théâtre, avec une rare intensité.

« Le poète et la mort » 
Par Trina Mounier
Jean Bellorini devait ouvrir le Festival d’Avignon avec « Le Jeu des ombres » dans la Cour d’Honneur. La Covid en a décidé autrement. Malgré la poursuite de l’épidémie, le metteur en scène a pu, fort heureusement, le présenter à La Fabrica durant Une semaine d’Art. Pour quelques représentations qui se sont révélées exceptionnelles.

« Sublimer le cercle »
Par Florence Douroux
Flamboyant, foisonnant, tonitruant, épatant. « FIQ (Réveille-toi) » nous a effectivement réveillés. Maroussia Diaz Verbèque a relevé le défi de cette mise en scène : mêler la culture populaire et urbaine marocaine à l’art ancestral d’une acrobatie née il y a des siècles dans la région du Souss. Directrice du Groupe Acrobatique de Tanger (GAT), Sanae El Kamouni revient sur cette création, vue au festival Circa.

« J’avais des petits rêves de sublimation pour chacun » 
Par Florence Douroux
Ils avaient rêvé de s’emparer de la question du genre : ils l’ont fait. Entre sauts et portés vertigineux, mots et confessions troublants d’humanité, six acrobates offrent au public un moment d’une rare intensité. « Desiderata » est le fruit de leur rencontre avec Sophia Perez (directrice artistique de la compagnie Cabas), qui signe ici une mise en scène très attachante. Un de nos coups de cœur du festival CIRCa.

« Un vrai fantasme d’acrobate ! » 
Par Florence Douroux
Le duo formé par Ugo Dario et Maxim Laurin, co-fondateurs de la compagnie Machine de Cirque, est une référence incontournable de la bascule. Avec « Ghost Light : entre la chute et l’envol », en création mondiale à Circa, ils signent une œuvre intime, où le clair le dispute à l’obscur. Une virtuosité désarmante au service de leur histoire d’acrobates. Ils racontent.