Théâtre documentaire sans âme
Par Michel Dieuaide
Alison Cosson, à l’écriture, et Louise Vignaud, à la mise en scène, adaptent « l’Université de Rebibbia » de Goliarda Sapienza  : le récit d’une incarcération dans une prison de femmes, à Rome, pendant les années de plomb.

Reprise de « Joueurs, Mao II, les Noms » à l’Odéon. Avec cette trilogie-fleuve adaptée des romans de l’auteur américain, le geste artistique de Julien Gosselin s’approfondit. Le spectateur se laisse immerger dans une expérience théâtrale paroxystique, labyrinthique, à la fois inouïe et éprouvante.

Cubisme de comédie
Par Trina Mounier
Elles ont fait l’ouverture d’un spectacle de marionnettes des Nuits de Fourvière, avec une version allégée de leurs « Géométries du dialogue ». Présenté seul et dans son entièreté, ce spectacle pour enfants de Justine Macadoux et Coralie Maniez, aussi inattendu qu’intéressant, gagne en lisibilité et en profondeur.

Cerf Noël
Par Cédric Enjalbert
La magie de Noël, qui y croit encore ? Les grands enfants du collectif Le Grand Cerf Bleu font mine de. Avec humour, ils rassemblent sur un plateau les souvenirs de ces fêtes obligées qui ravivent immanquablement, pour un soir de Réveillon, tous les démêlés de famille.

Le meilleur pour le feu
Par Laura Plas
Avec « End/igné » de Mustapha Benfodil, Kheireddine Lardjam évoque l’Algérie actuelle en optant pour la poésie et la distanciation. Résultat mitigé, tant au point de vue de l’interprétation que de l’écriture : le meilleur est bien pour la fin (pour le feu).

Signature de la charte « Droit de cité »
Par Laura Plas
La charte « Droit de Cité » a été signée lors du festival CIRCa, à Auch. Elle devrait permettre d’accompagner le renouvellement de la création sous chapiteau et assurer la collaboration harmonieuse entre lieux d’accueil et artistes itinérants. Un heureux évènement !

Deux tubes et un air de Beckett
Par Laura Plas
L’historique festival CIRCA a bonne mine. Professionnels et public ont afflué à Auch autour d’une programmation éclectique et populaire : une sorte de best off de cirque où l’on trouve des tubes survitaminés tout comme de subtiles mélodies.

Tous en chœur !
Par Olivier Pansieri
L’Opéra de Rennes propose une nouvelle formule de concerts. Il invite les spectateurs à chanter avec les artistes des refrains dont le texte leur a été remis. Pari risqué mais gagné, alors que ce premier florilège avait de quoi faire frémir le plus chevronné des choristes. Qui a dit que les Français ne savaient pas chanter ?