« Les Trois Coups », le journal du spectacle vivant, recrutent des journalistes et rédacteurs de presse.

Reprise de « Angels in America »
La talentueuse Aurélie Van den Daele reprend la pièce de Tony Kuschner (rendue célèbre par l’épatante mini-série de Mike Nichols, dans les années 2000). La mise en scène, tirée au cordeau, agite avec fièvre des thèmes plus que jamais actuels.

Parole de prostituées
Par Bénédicte Fantin
Inspiré par le témoignage de prostituées, « Loveless » revient sur le combat de femmes qui protestent contre la répression policière. Cette parole précieuse recueillie par Claude Jaget, alors journaliste à Libération, peine toutefois à nous parvenir une fois transposée sur scène.

Michel Bouquet : « Je suis un esprit très peu intéressant pour cette époque »
Bulletin n°16 : en librairie…
Par Rodolphe Fouano
Michel Bouquet parle de sa vocation d’acteur, de la place des auteurs dans le théâtre contemporain, de son rapport aux personnages.

La magie du théâtre
Par Michel Dieuaide
Dominique Lardenois, directeur du Théâtre de Privas, réalise une époustouflante mise en scène de « la Tempête ». Nouvelle traduction, interprétation, scénographie, images vidéo, musique et jeux circassiens participent tous à la réussite de ce magnifique défi théâtral.

Nouvel épisode « Moby Dick 3 : Pippin tombe à l’eau »
Avec une inépuisable ressource d’énergie et d’idées nouvelles, Chantal Melior et son équipage poursuivent leur exploration des abysses : la plus célèbre des baleines refait surface et nous subjugu

Uppercutant !
Par Trina Mounier
Avec « Le K.O. d’Ali », le Théâtre des Clochards Célestes accueille une fois de plus une toute jeune compagnie dont la valeur n’attend point le nombre des années. Alexis Jebeile s’y livre à un exercice périlleux : écrire à partir de sa propre histoire, puis dire ce monologue, seul face au public. Il réalise un sans faute.

Les sœurs Corée de Nauzyciel
Par Olivier Pansieri
Créée à Séoul en 2016, comme adaptation d’un roman jouant judicieusement sur les apparences, « L’Empire des lumières » envoûte par son mystère et l’art de ses interprètes. À la duplicité de leur jeu, s’ajoute celle du récit qui joue à nous perdre pour mieux nous guider. Deux heures de pur plaisir.