Coup de pied dans la fourmilière
Par Marion Le Nevet
Cinq jeunes femmes se font porte-parole du féminisme grinçant de Virginie Despentes. Avec son énergie collective, cette équipe n’a pas peur des vérités embarrassantes.

Communiqué
Le conseil d’administration d’Avignon Festival & Compagnies, réuni ce jour, a procédé au renouvellement partiel du bureau et à l’élection de son nouveau président.

Supercolorifique
Par Vincent Cambier
Chez Benedetto, Marie Thomas nous éblouit, comme toujours, en recréant des textes du clown Sol. On dirait que celui-ci a taillé ses mots comme un costume sur mesure pour cette comédienne.

Sauve qui peut !
Par Laura Plas
Dans une mise en scène convenue portée par une distribution plus qu’inégale, la compagnie Les Chiens de paille met en scène « la Fuite ». Or, comme les personnages, on aimerait prendre ses jambes à son coup pour échapper au massacre !

Thomas B. réincarné
Par Fabrice Chêne
Jacques Kraemer reprend son « Thomas B. » le temps d’un festival. Portrait ? Hommage ? Simple évocation ? L’essentiel est que le comédien parvienne à faire vivre devant nous la figure de l’auteur autrichien Thomas Bernhard.

« Cher et très moche contemporain… »
Par Cédric Enjalbert
Le renversant Yann Collette reprend l’interprétation du poème dramatique de Peter Handke : « Souterrain blues ». Une rhapsodie humaine trop humaine, à l’attention des semblables, infréquentables et laids.

« Un minuscule théâtre d’ombres… »
Par Fabrice Chêne
Jean-François Matignon porte à la scène le deuxième roman de Patrick Modiano, « la Ronde de nuit ». Il en propose une adaptation sensible qui prend la forme d’une véritable quête d’identité.

La guerre des enfants
Par Corinne François-Denève
Des amateurs, très jeunes, se chargent de dire les témoignages des habitants de Stenay, ville de la Meuse occupée dès août 1914. Émotion des situations, émotion d’un dispositif ingénieux qui fait la part belle à la sincérité de ces comédiens en herbe.