Grandeur, décadence… et humour !
Par Bénédicte Fantin
Élise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo mettent en scène la dernière pièce du dramaturge et cinéaste tchèque Petr Zelenka. Portrait d’une directrice de casting carriériste qui perd le contrôle de sa vie, « Vera » est une comédie grinçante parfaitement maîtrisée.

L’interprétation fait honneur au texte de Marie NDiaye
Par Bénédicte Fantin
Frédéric Bélier‑Garcia met en scène une fable politique déroutante de Marie NDiaye. La « morale » de l’histoire reste bien mystérieuse. C’est peut-être dans cette pluralité d’interprétations que réside la force du texte.

Sérum de vérité
Par Bénédicte Fantin
Pour sa première mise en scène en tant que directeur de l’Odéon, Stéphane Braunschweig exhume un texte méconnu en France, qui condense les grands thèmes chers au génial Tennessee Williams.

La fête des voisins n’aura pas lieu
Par Bénédicte Fantin
La Cie La Licorne présente une création réjouissante de noirceur dans laquelle toute la poésie du théâtre d’objets se met au service de l’esthétique du monstrueux.

Pagaille nuptiale
Par Bénédicte Fantin
La compagnie de la Porte‑au‑Trèfle nous fait vivre une aventure humaine dérangeante en interprétant une œuvre essentielle de Jean‑Luc Lagarce. Il fallait tout l’art du metteur en scène Pierre Notte pour arriver à rendre intelligible un texte si complexe.

Quand l’alouette prend son envol
Par Bénédicte Fantin
Philippe Person signe une mise en scène glaçante du texte avant-gardiste d’Ibsen. Les quatre acteurs nous plongent au cœur d’un ménage empêtré dans les conceptions morales du xixe siècle, mais nous racontent surtout la genèse d’une prise de conscience libératrice.

Fenêtre sur cœur
Par Bénédicte Fantin
Élodie Menant signe une adaptation hitchcockienne de la nouvelle de Stefan Zweig. Les tourments d’une femme adultère y sont dépeints dans une mise en scène efficace menée par un trio d’acteurs convaincants.

Si Rohmer m’était joué…
Par Bénédicte Fantin
Thomas Quillardet fusionne « les Nuits de la pleine lune » et « le Rayon vert » de Rohmer dans une même pièce de théâtre. En suivant les parcours sentimentaux de Louise et Delphine, le metteur en scène nous offre deux portraits de femmes touchants et drôles en évitant l’écueil de la mièvrerie.

Vogue la joyeuse galère !
Par Bénédicte Fantin
Emmnauel Besnault met en scène une jeunesse amoureuse et farceuse avec la complicité de sa compagnie l’Éternel Été. À grand renfort d’anicroches et de doubles croches, cette version musicale de la comédie de Molière est un condensé de rires et de rythme.

Mémoire pleine et espace vide
Par Bénédicte Fantin
Trois acteurs et un pianiste nous font voyager sur les rives sinueuses de la mémoire. Une virée inoubliable où l’empathie et la poésie mènent la barque.