Moisson d’applaudissements
Par Élisabeth Hennebert
La compagnie itinérante « Le temps est incertain mais on joue quand même ! » sillonne les campagnes françaises avec une comédie champêtre attachante et rythmée, servie par des acteurs exceptionnels.

De tout son soûl
Par Léna Martinelli
Après Robert Wilson, Peter Stein et Luc Bondy, c’est au tour de Jean Bellorini de travailler avec la troupe du Berliner Ensemble. Après sa création en Allemagne, « le Suicidé », est présenté au Théâtre Gérard‑Philipe, où il remporte un triomphe bien mérité.

Macha Makeïeff ose la critique d’un féminisme intégriste
Par Trina Mounier
Après deux représentations annulées pour cause de pluie, c’était, enfin, la première nuit pour « Trissotin ou les Femmes savantes ». Public et comédiens étaient chauffés à blanc. Ce fut un triomphe.

Tempête sous le Soleil… exactement !
Par Sheila Louinet
Il fallait oser ! Adapter « les Misérables » sur scène, avec juste deux interprètes pour la première partie et cinq pour la seconde… Comment est-ce possible ? D’autant que ça dure quatre heures. C’est déjà long pour un spectacle, mais une goutte d’eau chez Victor Hugo. Quatre petites heures de plaisir inouï pour un texte dont Jean Bellorini et Camille de la Guillonnière ont su extraire toute la saveur… C’est superbe et ça pétille d’intelligence.