La cantatrice relookée
Par Bénédicte Soula
Sans fausse note, cette « Cantatrice chauve » mise en scène par Laurent Pelly au T.N.T. n’est pas une Castafiore, mais un bel hommage rendu à la modernité du maître de l’absurde, en couleur et en haute définition.

Ionesco revisité
Par Jean-François Picaut
Emmanuel Demarcy-Mota a constaté qu’Ionesco, toujours très présent dans les classes de lycée et à l’université, était quasi absent de nos scènes institutionnelles. Il s’est alors attaché à l’arracher au concept de l’absurde où beaucoup voudraient l’enfermer et à certains théâtres privés où il est confiné.

From les environs de Londres, 1950, to downtown Paris, 2012
Par Emmanuel Cognat
« Je n’aime pas Ionesco, mais il faut avouer que ça le rend vraiment accessible. » « Qu’est-ce que c’était drôle ! — Tu connaissais, toi ? — Pas du tout. Mais ça donne envie ! » « J’ai bien ri. Ils sont vraiment forts ! »

Une « cantatrice » déjantée et décoiffante
Par Aurore Krol
Cette mise en scène de « la Cantatrice chauve » aura connu un parcours étonnant. Créée par Jean‑Luc Lagarce en 1991, elle est reprise fidèlement depuis quatre ans par la formation d’origine, avec les mêmes costumes et décors, pour une tournée qui se poursuit actuellement…

Le rire atemporel
Par Maja Saraczyńska
« La Cantatrice chauve » d’Ionesco dans la mise en scène de Nicolas Bataille fut jouée pour la première fois le 11 mai 1950… devant une salle vide. Aujourd’hui, la petite salle intime du Théâtre de la Huchette accueille chaque soir des dizaines de spectateurs passionnés.

Un pur moment de plaisir
Par Olivier Pradel
On ne présente plus « la Leçon », la pièce d’Ionesco jouée de manière ininterrompue depuis sa création en 1958, au Théâtre de la Huchette. Son succès ne se dément pas et trouve aujourd’hui des accents nouveaux et particuliers.