Françon chorégraphie Feydeau
Par Maja Saraczyńska
Une fois de plus (après « l’Hôtel du Libre-Échange », « la Dame de chez Maxim » et « Saute, marquis »), Alain Françon met Feydeau à l’épreuve du plateau d’aujourd’hui…

Loin d’être abouti
Par Maja Saraczyńska
« Jean-Jacques Rousseau » est un montage de plusieurs textes, conçu en 1978 par Bernard Chartreux et Jean Jourdheuil en vue d’une mise en scène au Petit Odéon. Trente ans après la performance acclamée de Gérard Desarthe, c’est à Marief Guittier de reprendre le flambeau de l’action. Mais ce nouveau pari est loin d’être gagné…

Esthétique sans âme
Par Maja Saraczyńska
Pour la troisième fois déjà, Thomas Ostermeier, célèbre metteur en scène allemand, s’empare (après « Maison de poupée » et « Hedda Gabler ») de l’univers dramatique de Henrik Ibsen. De sa nouvelle création, en quête d’une perfection esthétique, émane une sobriété statique, dans laquelle le déplacement géométrique et l’arrêt sur l’image ont chassé les émotions.

Comment faire rire le public ?
Par Maja Saraczyńska
Après avoir interprété un des personnages beckettiens dans « les Fragments » de Peter Brook, Jos Houben revient sur la scène du Théâtre des Bouffes-du-Nord avec une partition comique pour un acteur.

À ne pas oublier
Par Maja Saraczyńska
De nombreux spectacles durant ce Off 2008 cherchent à puiser leur genèse dans cette Histoire douloureuse du xxe siècle, à rendre hommage aux Justes et à faire refluer vers nos mémoires les évènements des années quarante…

Vie rêvée
Par Maja Saraczyńska
Le festival Diva, une grande fête du théâtre musical à la Cartoucherie, arrive déjà à son terme. Voici un bijou de plus, qui a sans aucun doute profondément marqué cet évènement artistique de grande qualité.

Le rire atemporel
Par Maja Saraczyńska
« La Cantatrice chauve » d’Ionesco dans la mise en scène de Nicolas Bataille fut jouée pour la première fois le 11 mai 1950… devant une salle vide. Aujourd’hui, la petite salle intime du Théâtre de la Huchette accueille chaque soir des dizaines de spectateurs passionnés.

« L’Apocalypse, c’est le moment où l’on voit » *
Par Maja Saraczyńska
Après une longue tournée dans le monde entier, les deux recueils des « Éphémères » sont enfin de retour au Théâtre du Soleil. Il ne s’agit point d’un simple spectacle théâtral, c’est tout un évènement, qui dure toute la journée et qui s’inscrit profondément dans l’esprit du spectateur.