Poésie politique et clownesque, avec Visniec
Par Marie Barral
Le mot « oui » ? Plus hypocrite qu’il n’y paraît ! La grammaire ? Une grand-mère qui passe son temps à cuisiner pour nos bouches bavardes. Et la poésie ?…

Des compagnies chouchoutées à Avignon !?
Par Marie Barral
Comment agit un programmateur de salle du Off ? Telle une pieuvre aux euros dans les yeux qui étoufferait sans scrupule les pauvres compagnies ?…

ArcelorMittal monte sur les planches
Par Marie Barral
L’histoire au théâtre d’une industrie qui défraye tant la chronique des journaux, la barbe ? Que nenni ! « Métallos et dégraisseurs » passionne le spectateur, qu’il soit ou non directement concerné par les déboires de la métallurgie française…

Pierre, Gérard, Stéphanie : un trio hardi
Par Marie Barral
Après avoir consacré dix‑huit ans de sa vie à la protection des gorilles, l’Américaine Dian Fossey (1932-1985) a été retrouvée sauvagement assassinée dans sa caverne…

Alexis Michalik : le porteur d’histoire, c’est lui !
Par Marie Barral
Entre deux allers-retours au Maroc pour le tournage de la série « Kaboul Kitchen », Alexis Michalik, auteur du « Porteur d’histoire » raconte son entrée dans un club auquel il n’imaginait jamais appartenir, celui des dramaturges…

Viol : briser le tabou (et les clichés) via la scène
Par Marie Barral
Fissurer le tabou autour du viol des femmes, faire comprendre qu’il touche n’importe qui, la plupart du temps dans le cercle intime, et que la société, qui cherche à se protéger, se méfie des victimes…

Viol : la société acculée
Par Marie Barral
Dans « Tabou », cinq femmes violées répondent aux questions de l’instruction. La metteuse en scène Laurence Février a choisi pour leur défense la plaidoirie de Gisèle Halimi lors du procès d’assises à Aix‑en‑Provence en 1978. Et pour jury, le public. Texte désarmant, comédiennes excellentes, spectateur retourné. Brillant.