Œdipe père et fils
Par Trina Mounier
Voici un cocktail qui s’annonçait détonant : Sophocle, Œdipe, Pasolini pour une « Affabulazione »… (traduisez rêve, mensonge, manipulation) orchestrée par un Gilles Pastor très inventif.

Grandeur et décadence du père chez Pasolini
Par Cécile de Palaminy
Figure marquante du xxe siècle, le cinéaste italien Pasolini signe avec « Affabulazione » un drame tranchant comme une lame. La pièce s’intéresse au parcours d’un père obsédé par son fils jusqu’à la démesure. Il en perd son autorité, ses certitudes, et jusqu’à sa substance. C’est l’occasion pour l’auteur d’explorer les non-dits et les dessous d’une relation peu ordinaire.

Une comédienne au triple visage
Par Jean-François Picaut
Le Théâtre des Opérations reprend, à la salle Ropartz à Rennes, trois petites pièces de Pasolini qu’il avait créées l’an passé à La Paillette (Rennes). « Les Trois Coups » ont rencontré la jeune comédienne d’origine allemande, Katja Krüger, qui en est la principale interprète, pour évoquer le spectacle, son art et la scène rennaise.