Un « appétit de dialogues » réjouissant !
Par Lorène de Bonnay
Stéphane Braunschweig dévoile la programmation de sa deuxième saison à la direction de ce théâtre « d’art ». Les esthétiques choisies, ouvertes sur l’Europe et la nouvelle génération, promettent de nous faire voyager mais aussi éprouver, dans le présent, la « complexité du monde ».

Une fable politique très actuelle
Par Jean-François Picaut
Le Théâtre national de Bretagne donne enfin à voir au public français une grande version d’une des pièces les plus fameuses d’Arthur Schnitzler. L’évènement est d’autant plus remarquable que l’œuvre a une résonance tout à fait moderne pour ne pas dire immédiatement contemporaine.

Cette « Mouette » nous perce le cœur
Par Lorène de Bonnay
Thomas Ostermeier adapte « la Mouette » d’Anton Tchekhov, à l’Odéon, avec Olivier Cadiot et la troupe française des « Revenants ». Sa mise en scène souligne avec effroi et ironie le désir d’envol brisé de l’homme actuel – histrion médiocre et tragique. Déchirant.

Ostermeier questionne l’homme sur la scène du monde
Par Lorène de Bonnay
Le metteur en scène allemand et directeur de la Schaubühne de Berlin s’est généreusement exprimé en France ces dernières semaines, au sujet de son engagement artistique et politique : master class, conférences, signatures de « Backstage », rencontres avec le public à Paris et Avignon.

Le charme absolu de « Richard III »
Par Lorène de Bonnay
Le « Richard III » de Thomas Ostermeier résonne si fort dans l’âme des festivaliers d’Avignon, même après la dernière à l’Opéra-Théâtre, qu’une écoute ultime de cet écho puissant s’imposait. Non pour se désenvoûter, mais pour analyser le sortilège. Fait inouï (?), voilà une (seconde) critique sans réserve aucune.

Un puissant avertissement
Par Michel Dieuaide
Interprété par Lars Eidinger, le personnage de Richard III emporte tout sur son passage dans une mise en scène vigoureuse de Thomas Ostermeier dédiée à son exceptionnel talent.

« Ostermeier backstage », de Gerhard Jörder
Un livre d’entretiens avec « l’enfant terrible de la scène allemande » : Thomas Ostermeier qui signe la mise en scène du « Mariage de Maria Braun » de Fassbinder, présentée au Théâtre de la Ville du 25 juin au 3 juillet 2015.

Ostermeier célèbre l’art du théâtre
Par Fabrice Chêne
Reprise, en cette fin de Festival, d’un spectacle créé par le grand Thomas Ostermeier en 2007 : « le Mariage de Maria Braun », inspiré du film de Fassbinder. Une tranche d’histoire allemande à travers le portrait d’une femme d’exception, le tout servi par une mise en scène impeccable.

Passeur de frontières
Par Michel Dieuaide
Patrick Penot s’apprête à faire relâche dans quelques mois de sa fonction de directeur des Célestins de Lyon, responsabilité qu’il partage avec Claudia Stavisky, metteuse en scène. Je dis bien faire relâche, terme théâtral qui suppose une suspension temporaire de l’activité.

Les forces destructrices font toujours leur retour
Par Lorène de Bonnay
Tous les deux ans, Thomas Ostermeier revient inlassablement à Ibsen. Après « Une maison de poupée », « Solness le Constructeur », « Hedda Gabler », « John Gabriel Borkman » ou encore « Un ennemi du peuple », il met en scène « les Revenants », avec une troupe francophone, à Lausanne, puis au Théâtre des Amandiers de Nanterre. Un spectacle peuplé d’ombres éclatantes qui perce l’âme comme un « soleil noir ».