« Le Cabarêve », Alain Reynaud, Les Nouveaux Nez & Cie, Spring 2024, Cirque-théâtre Elbeuf

Alain-Reynaud-Felix-Tampon © LOeil-de-Paco

Ex-centriques Léna MartinelliLes Trois Coups La thématique « Retour aux sources » du festival Spring s’incarne aussi dans les portraits d’artistes, qui mettent cette année à l’honneur deux clowns : Danny Ronaldo et Alain Reynaud. « Tête de gondole » à Charleval, maître de cérémonie dans « le Cabarêve » ou metteur en scène d’un « Jukebox Cirque », ce dernier ne tient pas en place, mais il […]

« Les Dodos », Le P’tit Cirk, TSQY saison nomade, Île de loisirs, Trappes

Les-Dodos-P’tit Cirk © katelijne_boonen

Attention ! Oiseaux rares AnnonceLes Trois Coups Domination, confiance, entraide… Quelle stratégie adopter pour s’élever ensemble ? Cinq circassiens musiciens s’imaginent être des dodos, ces drôles d’oiseaux disparus de n’avoir su voler. Main à main, voltige aérienne, anneaux chinois et guitares en équilibre, rites absurdes… ces jeunes se jouent des peurs et des conflits avec naïveté et humour. Accompagnés […]

Festival Spring 2024, Normandie

epiphytes-cie-les-chaussons-rouges © manon-kleynjans

Oh ! Les beaux jours avec Spring Léna MartinelliLes Trois Coups Portée par La Plateforme 2 Pôles Cirque en Normandie, ce festival international des nouvelles formes de cirque se déploie sur toute la région. Ses 70 spectacles, dont 13 créations, misent sur le bouquet des styles. Avec pour thématique un « Retour aux sources », le cirque se réinvente tout en fouillant […]

« Illusions perdues », Honoré de Balzac, Espace Alphonse Daudet, TSQY saison nomade, Coignières

illusions_perdues-Pauline-Bayle © simon_gosselin

Paris gagnés AnnonceLes Trois Coups Pour Balzac, Illusions perdues était son « œuvre capitale dans l’œuvre ». Il y raconte l’ascension et la chute de Lucien, jeune poète venu tenter sa chance à Paris. Dirigés par Pauline Bayle, cinq comédiens s’emparent avec énergie de ce chef-d’œuvre. Sur une scène entièrement vide, il suffit d’un foulard ou d’un veston pour […]

Entretien, Corinne Loisel, Les Zébrures de printemps, Limoges

Corinne-Loisel-les Zébrures de printemps, les Francophonies © DR.jpg

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.

« Les Galets au Tilleul », Claire Laureau, Nicolas Chaigneau Théâtre de l’Atelier, Paris   

Les-galets-au-Tilleul-sont-plus-petits-quau-Havre © J. Athonady

Du grand n’importe quoi ? Léna MartinelliLes Trois Coups Plus que quelques représentations au Théâtre de l’Atelier pour découvrir ce réjouissant spectacle servi par des interprètes désopilants. Adeptes de l’humour décalé, Claire Laureau et Nicolas Chaigneau remettent au goût du jour le théâtre de l’absurde. Parler pour ne rien dire… de la météo, bien sûr, mais aussi de la taille […]

« Showgirl », Marlène Saldana, Jonathan Drillet, Théâtre de la Bastille, Paris

Showgirl- Marlène-Saldana-Jonathan-Drillet © Narcisse Agency et Thomas Hennequin

Pour l’amour du show Par Bénédicte FantinLes Trois Coups « Showgirl » est une déclaration d’amour toute personnelle de Marlène Saldana au film de Paul Verhoeven et à son actrice principale Elizabeth Berkley. Il ne s’agit pas d’une énième adaptation d’un film au théâtre mais bien d’une performance. Tout en retraçant le scénario original sur des musiques de Rebeka Warrior, Marlène Saldana et Jonathan Drillet interrogent […]

« Tristesse et joie dans la vie des girafes », Tiago Rodrigues, Thomas Quillardet, Théâtre du Rond-Point, Paris

Tristesse-et-joie-dans-la-vie-des-girafes ©Pierre-Grosbois

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.

« MIR », Bastien Dausse, Le Quai, Angers

MIR-Bastien-Dausse © Quentin Chevrier

Cirque cosmique Léna MartinelliLes Trois Coups Quelles sont les limites de l’acrobate ? Pour le premier spectacle jeune public de la cie Barks, Bastien Dausse invente un dispositif créé de toutes pièces pour défier la gravité. Une épopée solitaire originale et éclairante. Carrément planante ! La lune ne cesse pas de nous faire rêver. Et pas seulement les nations […]

« Dom Juan », Molière, David Bobée, Le Quai, Angers

Dom-Juan-Molière-David-Bobée © Arnaud-Bertereau

Un « Dom Juan » qui ne laisse pas de marbre Léna MartinelliLes Trois Coups On ne sort pas indemne d’une telle représentation ! D’ailleurs, le spectacle fait débat. En transposant le personnage de Molière en anti-héros punk dans une Olympe ravagée, David Bobée signe un « Dom Juan » sous tension d’une modernité saisissante. Un « Festin de Pierre » haut en couleur et […]

Entretien, Aurélie Van Den Daele, Sidney Ali Mehelleb, « 1200 Tours », Théâtre de L’Union, Limoges

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.