Les Contemporaines 2024, Prix Incandescences 2024, TNP Villeurbanne, Les Célestins, Lyon

VIVE-Superlune © Julie Chekri

Écritures dramatiques : Lyon au cœur de la décentralisation Par Trina MounierLes Trois Coups À Lyon, aussi, les auteurs émergents sont à l’honneur. Le festival Les Contemporaines a apporté son lot de découvertes. Quant au Prix Incandescences, qui commence le 18 juin, il devrait mettre en lumière le meilleur de la création théâtrale. Un mot pour […]

« Le Tigre bleu de l’Euphrate », Laurent Gaudé, Théâtre de la Colline, Paris

Le-Tigre-Bleu-de-l'Euphrate- Laurent-Gaude ? © Yanick-MacDonald

La soif d’Alexandre Par Florence DourouxLes Trois Coups En parallèle avec la création de « Terrasses », la Colline accueille « le Tigre bleu de l’Euphrate », somptueux face à face imaginé par Laurent Gaudé entre Alexandre le Grand et la mort. Denis Marleau dirige Emmanuel Schwartz, comédien incarné s’il en est, dans une mise en scène qui hisse le texte au niveau vertigineux qu’il mérite. […]

« Un État de nos vies », Lola Lafon, Théâtre du Rond-Point, Paris

Un-Etat-de-Nos-vies-Christophe-Raynaud-De-Lage

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.

« La Vie invisible », Guillaume Poix, Lorraine de Sagazan, Théâtre de l’Union, CDN du Limousin, Limoges

La-Vie-invisible © Christophe_Raynaud de Lage

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.

« Terrasses », Laurent Gaudé, Théâtre de la Colline, Paris

Terrasses - Laurent-Gaudé © Simon -Gosselin

Battements de chœur Par Florence DourouxLes Trois Coups Laurent Gaudé présente un récit choral bouleversant sur les attentats parisiens de 2015 : « Terrasses ». Une multitude de voix s’élèvent, réunies dans un enfer transcendé. Le Québécois Denis Marleau signe une mise en scène très maîtrisée, tout en retenue. Une onde de choc. L’auteur met donc sa belle écriture au service de […]

« 20000 lieues sous les mers », Jules Verne, Christian Hecq, Valérie Lesort, Théâtre des Célestins, Lyon 

20000 lieues sous les mers 1© Fabrice Robin

Féérie sous-marine Par Trina MounierLes Trois Coups Jules Verne vous a laissé le souvenir d’un album quelque peu poussiéreux ? Courez voir la représentation qu’en donnent Christian Hecq et Valérie Lesort. C’est une merveille de spectacle, habile, intelligent, drôle et captivant. Un vrai roman d’aventures. Tout d’abord, quelques rappels : trois hommes ont été kidnappés à bord du Nautilus à […]

« Poings », Pauline Peyrade, cie Das Plateau, Théâtre Silvia Monfort

Poings-Pauline Peyrade-cie-Das-Plateau © Simon Gosselin

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.

« Capharnaüm-poème théâtral », Valérian Guillaume, Théâtre de La Cité Internationale, Paris

Capharnaüm-Valérian-Guillaume © Clara-Benoit-Jacoby

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.

« Iphigénie », Tiago Rodrigues, L’Onde, Vélizy-Villacoublay

Iphigenie-Tiago-Rodrigues

Iphigénie, femme libre AnnonceLes Trois Coups Le grand succès du Festival d’Avignon 2022 met en scène une Iphigénie d’aujourd’hui, qui prend son destin en main. Anne Théron s’empare de la tragédie des Atrides, dans une version réécrite par Tiago Rodrigues, où se dresse une Iphigénie affirmant son libre arbitre. La pièce met en jeu une réflexion passionnante […]

« Vive », Joséphine Chaffin, Théâtre Théo Argence, Saint Priest

Vive-Joséphine-Chaffin © Julie-Cherki

Parcours de combattante Par Trina MounierLes Trois Coups Le duo formé par Joséphine Chaffin à l’écriture et Clément Carabédian à la mise en scène au sein de la compagnie Superlune peut déjà se targuer de nombreuses œuvres de fiction pour la scène. S’ils destinent souvent leurs créations à un public d’adolescents, il serait dommage de les y […]

Cycle Léna d’Azy, Théâtre de l’Union, Limoges

Radio-Daisy © Léna-d’Azy

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.