Pétri de contradictions
Par Dominique Dessein
Pour le Printemps des comédiens, à Montpellier, Jean Bellorini crée « Liliom », de Ferenc Molnár. « La vie ou la mort d’un vaurien » est jouée par une troupe dynamique et joyeuse dans un spectacle au souffle un peu court.

Tempête sous le Soleil… exactement !
Par Sheila Louinet
Il fallait oser ! Adapter « les Misérables » sur scène, avec juste deux interprètes pour la première partie et cinq pour la seconde… Comment est-ce possible ? D’autant que ça dure quatre heures. C’est déjà long pour un spectacle, mais une goutte d’eau chez Victor Hugo. Quatre petites heures de plaisir inouï pour un texte dont Jean Bellorini et Camille de la Guillonnière ont su extraire toute la saveur… C’est superbe et ça pétille d’intelligence.