Vol au-dessus des mémoires
Par Florence Douroux
Jusqu’à quel point faut-il chérir sa mémoire ou celle de son téléphone ? Le Cirque Barcode aborde le thème de la trace et de l’oubli, dans un premier spectacle foisonnant de propositions et de prouesses. En mots et en acrobaties, ils livrent une exploration percutante de cette grande inconnue : la mémoire.

Un sourire aux dents de métal
Par Florence Douroux
Magnifique plaidoyer contre la guerre, « Exécuteur 14 », d’Adel Hakim dénonce l’engrenage ravageur dans lequel peut se perdre l’homme en proie à la haine. Swann Arlaud, mis en scène par Tatiana Vialle, s’empare de ce monologue du forcené au Théâtre 14, en faisant le pari de la sobriété.

Les mots du ravage 
Par Florence Douroux
Petit bijou théâtral de Nathalie Sarraute, « Pour un oui ou pour un non » nous précipite au cœur de la spirale vertigineuse dans laquelle s’engouffrent deux amis au bord de la rupture. Un texte implacable, efficacement mis en scène par Tristan Le Doze à la Manufacture des Abbesses

Six ans, onze mois et vingt jours !
Par Florence Douroux
Un premier seul en scène et un coup de maître ! Le comédien marseillais Solal Bouloudnine parcourt son enfance émaillée de personnages hauts en couleur, traversée par la prise de conscience brutale que tout a une fin. Dans « Seras-tu là ? », titre référence à la chanson de Michel Berger, il tente avec brio de contourner un adversaire de taille : la mort.

Attention, zone de turbulences ! 
Par Florence Douroux
C’est une acrobatie un peu singulière que défendent à nouveau les cinq artistes de Galactik Ensemble, dans leur deuxième spectacle. À un rythme effréné, corps bousculés et renversés par des éléments en rébellion, ils se jouent de l’imprévisible et franchissent tous les obstacles.

Jusqu’au bout du souvenir 
Par Florence Douroux
C’est à un voyage aux confins de la mémoire et de la vie que nous convie, au théâtre des Bouffes du Nord, le sociétaire de la Comédie-Française Denis Podalydès dans un monologue écrit pour lui par Jean-Philippe Toussaint : « la Disparition du paysage ». Un récit sobre et percutant, porté par le jeu vibrant et tout en retenue du comédien, dans une scénographie très inspirante d’Aurélien Bory. Une perte de repère jusqu’au vertige.

Envolées prodigieuses
Par Florence Douroux
Vision acrobatique et artistique particulièrement riche en symboles, « Möbius » est la cinquième création de la Compagnie XY. Avec la collaboration de Rachid Ouramdane, le collectif explore les confins du geste acrobatique revisité, signant ici un hymne de vie, émouvant et virtuose.

« Sois phare », cher public… nous ferons le reste !
Par Florence Douroux
Après le format numérique de l’année dernière, la Nuit du Cirque revient au triple galop, les 12, 13, et 14 novembre, dans une dimension internationale. Voici une (petite) sélection.

Frissons magiques 2.0 garantis !
Par Florence Douroux
Loin de toute mise en scène destinée à cajoler le merveilleux, le magicien Thierry Collet livre une implacable démonstration du potentiel recelé par des outils numériques toujours plus performants.

« Laissez-vous embarquer pour une traversée de l’inouï »
Par Florence Douroux
Pas de grand rendez-vous public pour cette seconde édition, mais la Nuit du Cirque ne s’éclipsera pas. Elle brillera d’autres feux, allumés différemment dans la France entière et une partie de l’Europe. Les artistes vont se montrer et exposer leur travail : tout est prêt. Il suffira de se connecter du 13 au 15 novembre, pour les retrouver, avec leurs sourires, leurs efforts, leur détermination et leur créativité foisonnante, malgré notre ciel encore sombre.

« Sublimer le cercle »
Par Florence Douroux
Flamboyant, foisonnant, tonitruant, épatant. « FIQ (Réveille-toi) » nous a effectivement réveillés. Maroussia Diaz Verbèque a relevé le défi de cette mise en scène : mêler la culture populaire et urbaine marocaine à l’art ancestral d’une acrobatie née il y a des siècles dans la région du Souss. Directrice du Groupe Acrobatique de Tanger (GAT), Sanae El Kamouni revient sur cette création, vue au festival Circa.

« J’avais des petits rêves de sublimation pour chacun » 
Par Florence Douroux
Ils avaient rêvé de s’emparer de la question du genre : ils l’ont fait. Entre sauts et portés vertigineux, mots et confessions troublants d’humanité, six acrobates offrent au public un moment d’une rare intensité. « Desiderata » est le fruit de leur rencontre avec Sophia Perez (directrice artistique de la compagnie Cabas), qui signe ici une mise en scène très attachante. Un de nos coups de cœur du festival CIRCa.