« Quartett », de Heiner Müller, Célestins de Lyon

Quartett © Julien Louisgrand

Pas de deux
Par Trina Mounier
Il était prévisible – pour ne pas dire fatal tant la pièce flirte avec la mort –, que Michel Raskine, après tant d’illustres metteurs en scène, s’attaque un jour à « Quartett » de Heiner Müller…

« Élisabeth II », de Thomas Bernhard, Célestins, Théâtre de Lyon

Élisabeth II © Marianne Grimont

Denis Lavant, quel acteur !
Par Trina Mounier
Voici un spectacle dont on ne sort pas indemne. « Élisabeth II », avant-dernière pièce mal connue de Thomas Bernhard vous fait entendre plus de deux heures durant le rire féroce d’un auteur à la lucidité tragique à travers l’interprétation rageuse, puissante et éblouissante de Denis Lavant.

« En attendant Godot », de Samuel Beckett, les Célestins à Lyon

En attendant Godot © Raphaël Arnaud

L’humain, malgré tout
Par Trina Mounier
Elle a séduit tant de metteurs en scène, et des plus prestigieux, cette pièce-phare de l’œuvre de Samuel Beckett, « En attendant Godot », qu’on pourrait croire qu’elle n’a plus rien à nous dire. Jean‑Pierre Vincent réussit pourtant à lui donner une nouvelle dimension qui éclaire la pièce d’une lumière nécessaire.

« Dispersion » [« Ashes to Ashes »], de Harold Pinter, les Célestins à Lyon

« Dispersion » © Dunnara Meas

Énigmatique, glaçant et vertigineux
Par Trina Mounier
Un homme et une femme dans un salon bourgeois se font face. Il la questionne sur son amant. Ce n’est pas un vaudeville, c’est une pièce de Pinter, frère de Beckett, prix Nobel, grand auteur de théâtre et débusqueur des opacités de l’âme humaine comme lui. Lui, c’est Gérard Desarthe, qui signe aussi une mise en scène au scalpel ; elle, c’est Carole Bouquet. Une heure à la poursuite des fantômes.

Printemps d’Europe, 8<sup>e</sup> édition, à Lyon jusqu’au 28 mai 2015

Une fête républicaine
Par Michel Dieuaide
Depuis le 24 avril et jusqu’au 28 mai 2015, se déroule à Lyon la huitième édition d’un festival décalé et engagé arborant le beau titre de « Printemps d’Europe ». À sa tête le, metteur en scène Renaud Lescuyer. Il porte avec ses compagnons un projet artistique original. Et ce malgré les tensions agitant l’Europe et le soutien parfois médiocre de certains partenaires institutionnels.