Faire œuvre de réconciliation
Par Trina Mounier
Avec une maturité saisissante, une troupe de jeunes comédiens dirigés par une metteure en scène du même âge, Margaux Eskenazi, s’emparent de la guerre d’Algérie pour en faire un matériau de théâtre et une œuvre de réconciliation.

La mémoire de leurs pères
Par Laura Plas
Petite sélection de pièces pour penser l’histoire des tumultueux rapports entre la France et l’Algérie : une farce d’Ahmed Madani, la confession fictive d’un djihadiste repenti, finement mise en scène par Quentin Defalt, ou « Et mon cœur fume encore », beau travail sur la mémoire de la guerre d’Algérie.

Ma nuit avec Richard
Par Sylvie Beurtheret
On peut tout se permettre avec Shakespeare ! Avec l’insolence de ses 28 ans, Margaux Eskenazi s’est attaquée au dantesque « Richard III », accouchant d’une loufoquerie tragique et esthétique qui décoiffe. On adore ou on déteste. Mais on ne sort pas indemne de ce feu d’artifice d’intelligence.