Godard, es-tu là ?
Par Aurélie Plaut
Dans une fable conjugale librement inspirée du « Mépris », Nicolas Liautard guide le spectateur dans les méandres de l’amour et de l’art. Un voyage initiatique aux escales édifiantes et un bel hommage à l’esthétique cinématographique de la Nouvelle Vague.

L’extraordinaire ordinaire de la vie
Par Aurélie Plaut
« Jusqu’où peut-on aller dans la déchéance ? » La question posée par un des personnages dans les premières minutes de « Scènes de la vie conjugale », d’Ingmar Bergman, mis en scène par Nicolas Liautard, donne le ton…

Harpagon transfiguré
Par Olivier Pradel
Qui ne connaît « l’Avare » et quelques-unes de ses répliques cultes ? Comme une farce aux multiples rebondissements et aux accents de commedia dell’arte, où Molière vieillissant se gausse des « avaricieux »…

Un grand vent d’Amérique souffle sur la Tempête
Par Élise Noiraud
Trois heures de spectacle, deux entractes, et l’espace quasi vide du grand plateau de la Tempête. Décidément Nicolas Liautard ne fait pas les choses à moitié…