Leçon de clair-obscur
Par Bénédicte Fantin
Ned Grujic réunit des membres de Naxos Théâtre et des Tréteaux de la Pleine Lune pour son adaptation du « Marchand de Venise » de Shakespeare. La clarté de la traduction et la mise en scène rythmée font réentendre un texte souvent jugé délicat à monter.

Une « fairy painting » ¹ qui vibre et brille
Par Lorène de Bonnay
Créé en 1962 au New York City Ballet, « le Songe d’une nuit d’été » de George Balanchine entre au répertoire de l’Opéra de Paris. Christian Lacroix, qui signe les costumes et la scénographie, fait son baptême de décorateur de théâtre…

Au royaume des insectes
Par Léna Martinelli
Le Mouffetard accueille le Théâtre La Licorne et ces « Petits polars » qui constituent une réelle immersion dans l’univers visuel et rocambolesque de la compagnie. Satire de la perfidie ordinaire, « Macbêtes » est une véritable pépite.

Un conte qui déménage !
Par Trina Mounier
Logique : quand la compagnie de Philippe Car, Les Voyages imaginaires, s’empare d’un texte, ça déménage ! Et ce n’est pas l’honorabilité de l’auteur, Shakespeare en personne, qui va les intimider…

Malin bric‑à‑brac
Par Michel Dieuaide
Il était une fois une ville nommée Vérone, métropole dominée par les puissances de l’argent et dirigée par une autorité politique implacable, mais incapable de faire régner la paix civile…

Un diamant brut dans un monde en guerre
Par Lorène de Bonnay
Angelin Preljocaj reprend avec sa troupe un ballet commandé par l’Opéra de Lyon en 1990. Son « Roméo et Juliette » actuel a grandi, s’est enrichi de nouveaux corps et des bruits du monde. Son éclat n’en est que plus pur. Un cadeau de Noël céleste, en ces temps troublés.

Richard on the rock
Par Léna Martinelli
Thomas Jolly, la nouvelle coqueluche du théâtre, n’a pas fini de faire parler de lui ! Après son entrée fracassante, par la grande porte, avec « Henri VI », le voilà programmé à l’Odéon où il met en scène un « Richard III » dont il incarne lui-même le rôle-titre. Bluffant !

Tréteaux, oripeaux et sortilèges
Par Trina Mounier
Le T.N.P. aura cette année témoigné de sa double mission, permettre l’accès à des spectacles hors normes comme celui de Pommerat encore à l’affiche avec ses quatre heures et demie de représentation et sa trentaine de comédiens…