Qui veut faire la bête, fait parfois l’ange
Par Laura Plas
Si ces fauves semblent tourner parfois dans la cage des obsessions thématiques et formelles de Wajdi Mouawad, leurs rugissements défient les diktats de notre temps en pariant sur une narration feuilletonesque ambitieuse et en osant rage et ferveur. Inégal.

Babel sur scène
Par Trina Mounier
Avec « Tous des oiseaux », Wajdi Mouawad revient aux grandes fresques dont il a le secret, mêlant les histoires intimes d’amour et de filiation aux conflits qui ensanglantent son Moyen-Orient natal. Une fable admirable sur le poids des héritages.

La tentation de la mort
Par Trina Mounier
Pour son deuxième solo après « Seuls », Wajdi Mouawad retrouve ses obsessions mais aussi une virtuosité technique qui lui permet de naviguer à l’intérieur de ses identités multiples. « Inflammation du verbe vivre » emmène son double, Wahid, et les spectateurs, dans une émouvante traversée des enfers.

Cycle domestique : les sœurs en première ligne
Par Trina Mounier
Wajdi Mouawad compose une pièce subtile et émouvante en hommage à ces sœurs aînées qui se rendent compte trop tard avoir consacré leur vie à se dévouer à celles des autres, à leurs parents en particulier

À pleurer
Par Trina Mounier
Dans cette dernière tragédie ancrée dans la mythologie, Wajdi Mouawad tresse comme à son habitude hier et aujourd’hui, créant des échos et des correspondances. Mais cette fois, la pièce est guindée, empesée, le texte presque grandiloquent malgré quelques perles poétiques de toute beauté.

Duo gagnant
Par Marion Le Nevet
Dernière série pour l’auteur et metteur en scène Wajdi Mouawad qui s’attelle depuis 2011 à monter l’intégralité de l’œuvre de Sophocle. Deux spectacles riches, fruits d’un théâtre maîtrisé et personnel.

Communiqué
Sur proposition d’Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, le président de la République, François Hollande, a nommé Wajdi Mouawad à la direction du Théâtre national de la Colline. Il remplacera Stéphane Braunschweig, qui a pris la direction de l’Odéon-Théâtre de l’Europe.

Pars vite et deviens
Par Michel Dieuaide
Wajdi Mouawad, artiste protéiforme libano-canadien, a tiré de son roman « Visage retrouvé » (2002) un monologue intitulé « Un obus dans le cœur » (2007)…

Une fable politique et une fable morale
Par Jean-François Picaut
Nous réunissons ici arbitrairement deux pièces qui ont en commun d’être données dans le même théâtre et d’avoir été écrites par des auteurs arabes, afin de pouvoir parler de la première, donnée dans des conditions spéciales.