« Des mourants » [« Inflammation du verbe vivre » et « les Larmes d’Œdipe »], de Wajdi Mouawad, librement inspiré de « Philoctète » et « Œdipe à Colone » de Sophocle, le Grand T à Nantes

Duo gagnant

Par Marion Le Nevet
Les Trois Coups

Dernière série pour l’auteur et metteur en scène Wajdi Mouawad qui s’attelle depuis 2011 à monter l’intégralité de l’œuvre de Sophocle. Deux spectacles riches, fruits d’un théâtre maîtrisé et personnel.

Parmi les huit pièces de Sophocle à ce jour conservées restaient encore à Wajdi Mouawad Philoctète et Œdipe à Colone. Après Des femmes, puis Des héros en 2014, c’est avec Des mourants que le Libano-Canadien clôt un cycle plutôt ambitieux. Le metteur en scène est un homme de défis, et aucun de ses spectacles ne se ressemble. Il s’est fait connaître du grand public en 2009 lors du Festival d’Avignon avec la tétralogie le Sang des promesses, soit onze heures de représentation. La performance de la longueur au théâtre était rare voilà quelques années, même si elle est plus habituelle désormais. Cette première épopée, dont il est l’auteur, évoquait largement les drames familiaux et le déracinement des tragédies antiques. Ce ne fut que pour mieux introduire celles de Sophocle par la suite.

Les pièces de Sophocle ont une force et une pureté indéniables, qui les rendent universelles. Or Wajdi Mouawad ne se contente pas de nous les transmettre, ou seulement de leur donner vie. La singularité de l’œuvre de Wajdi Mouawad tient de son aisance à mettre en résonance son histoire individuelle, voire intime, avec les enjeux supérieurs des sujets qu’il aborde. Philoctète exprime la marginalité, l’exil, la perte de dignité et la tromperie, Œdipe à Colone traite quant à lui de la fatalité et de l’intuition. Par sa réécriture personnelle, qui forcément s’ancre dans notre société actuelle, l’adaptation contemporaine autorise une compréhension décuplée du message de Sophocle. Comment apprécier pleinement une œuvre sans pouvoir la ressentir au présent ?

Les traces du passé s’ajoutent aux blessures les plus récentes

C’est ainsi que Wajdi, ou plutôt son double fictif Wahid, nous emmène sur les chemins de sa quête existentielle, à travers les villes et villages de Grèce. Une Grèce bien actuelle, où les traces du passé sont encore présentes et s’ajoutent aux blessures les plus récentes. Et ce télescopage des cultures, d’une terre de mythes, berceau de l’identité européenne, avec l’épicentre d’un continent aujourd’hui au bord de l’implosion, nous laisse un goût amer. Si on peut craindre, au fil de ses spectacles, de voir poindre l’autocentrisme du talentueux metteur en scène, la plainte de l’homme s’efface vite, dans Inflammation du verbe vivre, derrière le désespoir des héros antiques et pauvres âmes du xxie siècle croisés dans son périple.

Dans les Larmes d’Œdipe, la mort d’un adolescent lors des émeutes d’Athènes en 2008 dialogue subtilement avec le récit d’Œdipe au seuil de sa vie. L’ingéniosité de notre Français d’adoption réside également dans la forme : Wajdi Mouawad sait exploiter et assumer le classicisme du théâtre, et nous surprendre tout autant avec des mises en espace innovantes. Les deux se répondent ici parfaitement et se valorisent l’un l’autre. Ainsi, les tribulations psychologiques guident la première pièce de ce diptyque, menée par Wajdi Mouawad lui-même seul en scène, allant et venant de part et d’autre d’une immense vidéo projetée. Son jeu hésitant apporte une fragilité touchante d’un artiste qui ne s’embarrasse pas de faux-semblants. Le deuxième volet honore l’interprétation précise de trois comédiens, dont on ne perçoit que les ombres derrière un rideau. Le dispositif nous permet alors de nous concentrer sur leurs voix, amplifiées par des micros HF. Une scénographie statique, comme tétanisée devant le spectacle de la Grèce qui part en lambeaux.

Deux pièces qui dessinent les contours – et la finitude ? – d’un pays riche mais détroussé. Si l’espoir tente de se frayer un passage, c’est avec difficulté qu’on en retire de l’optimisme. 

Marion Le Nevet

Lire aussi Nomination de Wajdi Mouawad à la direction du Théâtre national de la Colline à Paris.

Lire aussi « Ciels », quatrième et dernière partie du quatuor « le Sang des promesses », de Wajdi Mouawad, parc des Expositions à Avignon.

Lire aussi « Un obus dans le cœur », de Wajdi Mouawad, Vingtième Théâtre à Paris.

Lire aussi « Un obus dans le cœur », de Wajdi Mouawad, Théâtre des Clochards‑Célestes à Lyon.

Lire aussi « Alphonse », de Wajdi Mouawad, Théâtre Nouvelle Génération à Lyon.

Lire aussi « Mémoire en retraite », de Mériam Bousselmi et « Pacamambo », de Wajdi Mouawad, l’Entrepôt à Avignon.

Lire aussi « Un obus dans le cœur », de Wajdi Mouawad, À la folie Théâtre à Paris.

Lire aussi « Littoral », de Wajdi Mouawad, les Célestins à Lyon.

Lire aussi « Incendies », de Wajdi Mouawad, Théâtre national de Bretagne à Rennes.

Lire aussi « Seuls », de Wajdi Mouawad, Théâtre 71 à Malakoff.

Lire aussi « Incendies », de Wajdi Mouawad, Théâtre national de la Colline à Paris.

Lire aussi « Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face », de Wajdi Mouawad, Théâtre des Abbesses à Paris.

Lire aussi « Seuls », de Wajdi Mouawad, gymnase du lycée Aubanel à Avignon.

Lire aussi « Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face », de Wajdi Mouawad, Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine.

Lire aussi « Forêts », de Wajdi Mouawad, les Célestins à Lyon.

Lire aussi « Électre », de Sophocle, le Grand T à Nantes.

Lire aussi « Rêves », de Wouajdi Mouawad, Studio‑Théâtre d’Asnières.

Lire aussi « l’Enlèvement au sérail », de Wolfgang Amadeus Mozart, Opéra de Lyon.

Lire aussi « les Justes », d’Albert Camus, Théâtre national de la Colline à Paris.

Lire aussi « Journée de noces chez les Cromagnon », de Wajdi Mouawad, Théâtre de la Tempête à Paris.


Des mourants : Inflammation du verbe vivre et les Larmes d’Œdipe, de Wajdi Mouawad, librement inspiré de Philoctète et Œdipe à Colone de Sophocle

Textes et mise en scène : Wajdi Mouawad

Inflammation du verbe vivre :

Avec sur scène : Wajdi Mouawad

Dans le film : Dimitris Kranias

les Larmes d’Œdipe :

Avec : Jérôme Billy, Charlotte Farcet, Patrick Le Mauff

Compositions chantées originales : Jérôme Billy

Assistance à la mise en scène : Alain Roy

Dramaturgie : Charlotte Farcet

Scénographie : Emmanuel Clolus

Musiques originales : Michael Jon Fink

Réalisation sonore : Michel Maurer

Lumières : Sébastien Pirmet

Costumes : Emmanuelle Thomas

Son : Jérémie Morizeau

Plateau : Marion Denier, Magid el‑Hassouni

Construction décor : Atelier du Grand T

Illustrations : Sophie Jodoin

Crédit photos : Pascal Gély

Le Grand T • 84, rue du Général‑Buat • 44000 Nantes

Réservations : 02 51 88 25 25

Site du théâtre : www.legrandt.fr/

Du 14 au 20 octobre 2016, horaires variables en fonction des jours et de la formule choisie

Durée : 4 h 45 pour Des mourants, 2 h 15 pour Inflammation du verbe vivre, 1 h 45 pour les Larmes d’Œdipe

De 25 € à 12 € pour Des mourants, de 19 € à 9 € pour Inflammation du verbe vivre ou les Larmes d’Œdipe