« Elizabeth Costello », Krzysztof Warlikowski, Palais des papes, festival Avignon 2024

Photos : © Christophe Raynaud de Lage

L’artiste polonais revient au festival après une dizaine d’années, et c’est heureux. Il consacre sa dernière création au personnage d’Elizabeth Costello, un double de son auteur. Elle apparaît régulièrement dans ses spectacles depuis « (A)pollonia » en 2009. D’où vient une telle fascination ? L’héroïne écrivaine est controversée, contradictoire, multiple, insaisissable ! À l’image de cette représentation.

« Quichotte », Gwenaël Morin, Jardin de la rue du Mons, Festival Avignon 2024

Quichotte-Gwenaël Morin-2024 © Christophe Raynaud de Lage

Gwenaël Morin, dans le cadre du projet « Démonter les remparts », monte cette année le roman de l’Espagnol Miguel de Cervantès. Comme dans « Le Songe », il embarque une équipée d’acteurs cinquantenaires dans « une sorte de jeu d’enfant, de théâtre fantasmé ». Mais l’allégresse et la folie débridée – communes aux deux œuvres, sous des formes différentes – laissent place ici au désenchantement.

Focus « Seuls en scène » : « Larzac », cie 13.86, Théâtre Les Halles, « Noires Mines Samir » Collectif Lacavale, Théâtre du Train Bleu, Festival Off Avignon 2024

Les Solitaires sont parfois des joyaux de théâtre Laura PlasLes Trois Coups Fuyant toutes les facilités, mais servis par la qualité de leurs interprètes et la force de leurs propos, « Larzac » et » Noires Mines Samir », dans des genres très différents, nous montrent que les seuls en scène sont parfois de purs joyaux de théâtre. On a longtemps préféré […]

Focus « Exils » : « 4211 km », Aïla Navidi, « Après les ruines », Bertrand Sinapi, 11 Avignon, Festival Off Avignon 2024

4211 km- Credit Dimitri Klockenbring

L’exil : questions et sentiments Laura PlasLes Trois Coups « 4211 km » d’Aïla Navidi est une épopée familiale à la Michalik et « Après les ruines » de Bertrand Sinapi une pièce bruissant d’ombres et d’interrogations sur l’exil. Deux spectacles qui résonnent particulièrement. 4211 km : c’est la distance qui sépare Paris de Téhéran. 4211 km est une arme théâtrale de combat, non seulement en raison de la prise de […]

Focus « Contre-pouvoirs » : « Parler pointu », cie Studio21, Manufacture, « Pouvoir », collectif Une Tribu, Théâtre des Doms, Festival Off Avignon 2024

Pouvoir © celine-chariot

Prendre le pouvoir sur l’histoire Laura PlasLes Trois Coups Si l’Histoire est racontée par le pouvoir, alors « Parler pointu » et « Pouvoir » apparaissent comme des tentatives de l’interroger, voire de le miner. Deux spectacles très différents, mais épatants à tous les points de vue : mise en scène, propos et interprétation. L’histoire que nous relate Parler pointu n’est pas dans les […]

Focus « Voix au chapitre » : « Nulle Autre voix », cie Kheireddine Lardjam, « Le Chœur des femmes », cie Actes Uniques, Artéphile, Festival Off Avignon 2024

Nulle-autre-voix © cie El Ajouad

Elles ont trouvé leur voix (voie) Laura PlasLes Trois Coups L’Artéphile met les questions de genres au cœur de sa programmation avec deux adaptations réussies de textes forts sur les femmes : « Nulle autre voix » de Maïssa Bey, poignant, et « Le Chœur des femmes » de Martin Winckler, pièce de formation aboutie. On ne connaissait pas le roman de Maïssa Bey, mais la pièce donne envie de […]

 Focus « Vive l’Histoire » : « L’abolition des privilèges », cie Le Royal Velours, TtB, « Nos Jardins », cie du Double, 11 Avignon, Festival Off Avignon 2024

Nos-jardins-cie-Le Double © Géraldine Aresteanu

Racontez-moi une l’Histoire ! Laura PlasLes Trois Coups Rien de plus passionnant que l’Histoire quand, sortie des cahiers, elle se fait chair et résonne avec le présent. C’est la leçon de deux spectacles vivifiants : « L’Abolition des privilèges » de la cie Le Royal Velours et « Nos Jardins » de la cie du Double. Nuit du 4 août 1789 : la noblesse et le clergé proposent et entérinent la fin d’un ordre […]

« Rouille et Paillettes », cie Teatro La Fuffa, Théâtre 11 Avignon, Festival Off Avignon 2024

Rouille-et-paillettes © Camilo Baquerre

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.

« Qui som ? », cie Baro d’Evel, Cour du Lycée Saint-Joseph, Festival d’Avignon 2024

Qui-Som_Baro-d’Evel © Christophe-Raynaud-de-Lage

Alexis Armengol poursuit son travail sur la différence avec « K.» qui aborde l’autisme. Faisant partager la longue patience des soignants, la pièce multiplie les pistes pour nous situer aux côtés du personnage, hors du langage, sans percer vraiment son mystère. Quant à Catherine Verlaguet, elle a écrit Le Processus, une courte pièce dont Johanny Bert nous livre une mise en scène fine et sensible. Pour un sujet si délicat et si intime que l’avortement, il adopte une forme spécifique qui atteste à la fois de sa capacité à renouveler ses esthétiques et à écouter le texte qu’il a choisi de monter.

« En pièce jointe », Collectif Masdame, TtB, Festival Off Avignon 2024

En-pièce-jointe-Collectif-Masdame © j-b-r-photo

Embauche et tralala Par Florence DourouxLes Trois Coups Dans un langage original mêlant danse et théâtre, Armande Sanseverino et Gaël Germain décortiquent jusqu’à l’absurde le malaise d’une relation hiérarchique générée par un entretien d’embauche. Un rapport de force brillamment exposé dans une atmosphère décalée. Un coup de maître. Elle, c’est Madame Paravent. Debout derrière lui, elle mime la fièvre […]

« Hécube, pas Hécube », Tiago Rodrigues, Carrière de Boulbon, Festival Avignon 2024

La création de Tiago Rodrigues écrite pour et avec les acteurs du Français invite à un changement de perspective : c’est moins l’actualité de la tragédie « Hécube » d’Euripide qui doit être interrogée que la façon dont cette histoire mythique, ingérée par l’artiste, questionne notre présent, en juillet 2024. Son expérience de ce « trésor transmis depuis 25 siècles » accouche d’une forme subtile, hétérogène, impure, mêlant, de façon complexe, fait divers, célébration dLa création de Tiago Rodrigues écrite pour et avec les acteurs du Français invite à un changement de perspective : c’est moins l’actualité de la tragédie « Hécube » d’Euripide qui doit être interrogée que la façon dont cette histoire mythique, ingérée par l’artiste, questionne notre présent, en juillet 2024. Son expérience de ce « trésor transmis depuis 25 siècles » accouche d’une forme subtile, hétérogène, impure, mêlant, de façon complexe fait divers, célébration du théâtre et réflexion politique.