Comment Damien Jalet déplaça les montagnes
Par  Olivier Pansieri
Coup de tonnerre avec ce « Yama », spectacle de danse inspiré des folklores, au sens le plus noble du terme. La montagne y est le lieu de tous les dangers, de tous les prodiges, de tous les exorcismes. Quelle joie de pouvoir se laver les yeux, et le cœur, à leur source merveilleuse. On en ressort ébloui, apaisé. Osons le dire, « aux anges ».

Voyage outre-tombes
Par  Olivier Pansieri
Depuis sa création en 2007, Rimini Protokoll flirte avec la mort. Nachlass n’échappe pas à la règle, invitant le spectateur à visiter les mausolées imaginaires de huit personnes, dont plusieurs disparues. Ce qu’elles voudraient laisser derrière elles. Quel intérêt ? Dramatique.

Dynamique, leste et léger
Par Jean-François Picaut
Chacun se souvient peu ou prou de Sganarelle, le médecin malgré lui, personnage principal d’un texte de Molière n’ayant guère quitté le programme des collèges. C’est cette pièce, « Le Médecin malgré lui », que Gounod choisit, en 1858, pour écrire son opéra-comique qui porte le même titre. L’Opéra de Rennes en fournit une version qui colle de très près à l’original.

Les sœurs Corée de Nauzyciel
Par Olivier Pansieri
Créée à Séoul en 2016, comme adaptation d’un roman jouant judicieusement sur les apparences, « L’Empire des lumières » envoûte par son mystère et l’art de ses interprètes. À la duplicité de leur jeu, s’ajoute celle du récit qui joue à nous perdre pour mieux nous guider. Deux heures de pur plaisir.

Le grand souffle du bal du monde
Par Jean-François Picaut
Il aura fallu vingt-deux ans pour qu’Étienne Grandjean, le directeur artistique du Grand Soufflet, ose écrire le mot « bal » dans le titre d’une édition de son festival, dédié à l’accordéon. Curieux effet du refoulé collectif, le bal musette a fait la fortune de cet instrument avant d’être l’une des causes de son déclin. Aujourd’hui, nous voici donc conviés au « Bal du monde ». Retour sur trois soirées représentatives.

Planer avec une diva
Par Jean-François Picaut
Accueillir une star du jazz et de la soul comme Dianne Reeves est toujours un événement. C’est la proposition artistique faite par le Pont des Arts à Cesson-Sévigné (35) en avant-première de Jazz à l’Ouest – 28e édition. Les amateurs ne s’y sont pas trompés, les billets se sont arrachés et la salle était archi-comble.

Des rythmes infernaux
Par Jean-François Picaut
On connaît la conviction que met Marc Feldman, l’administrateur général de l’Orchestre symphonique de Bretagne, à ouvrir l’horizon de l’orchestre et de son public sur des musiques diverses. Cette fois, il nous emmène dans les Caraïbes avec la complicité active des musiciens Omar Sosa et de Guillaume Saint-James.

Un poème plein de frénésie et de fureur
Par Jean‑François Picaut
Pour sa nouvelle mise en scène au Théâtre national de Bretagne, où elle est artiste associée, Christine Letailleur a opté pour le jeune Brecht. Dans une atmosphère souvent crépusculaire, c’est un long poème barbare qu’elle nous offre.

Si t’es gai, ris donc !
Par Jean‑François Picaut
Pour la deuxième année consécutive, Cesson‑Sévigné célèbre l’humour. Le festival qui lui est dédié rencontre un indéniable succès populaire. Les deux femmes dont il va être question se sont employées à faire rire les Cessonnais. Et ont réussi.

« Lui et moi, on te partage. »
Par Jean-François Picaut
Stanislas Nordey retrouve le T.N.B. qu’il connaît bien pour y avoir été artiste associé et pour avoir dirigé son École de théâtre. Cette fois, il y présente une pièce de Christophe Pellet, la seconde qu’il met en scène après « la Conférence ». Les spectateurs sont confrontés à un spectacle sensible et exigeant.

Au fond de la noirceur : le bruit et la fureur
Par Jean‑François Picaut
Éric Lacascade poursuit son compagnonnage avec Gorki pour une autre pièce. Fidèle à sa méthode, il s’appuie sur une traduction moderne, celle d’André Markowicz, et n’hésite pas à faire entrer l’actualité dans son travail. Une nouvelle réussite.