« Lui et moi, on te partage. »
Par Jean-François Picaut
Stanislas Nordey retrouve le T.N.B. qu’il connaît bien pour y avoir été artiste associé et pour avoir dirigé son École de théâtre. Cette fois, il y présente une pièce de Christophe Pellet, la seconde qu’il met en scène après « la Conférence ». Les spectateurs sont confrontés à un spectacle sensible et exigeant.

Au fond de la noirceur : le bruit et la fureur
Par Jean‑François Picaut
Éric Lacascade poursuit son compagnonnage avec Gorki pour une autre pièce. Fidèle à sa méthode, il s’appuie sur une traduction moderne, celle d’André Markowicz, et n’hésite pas à faire entrer l’actualité dans son travail. Une nouvelle réussite.

Entre noirceur et lumière
Par Jean-François Picaut
Le Théâtre national de Bretagne accueille, dans sa grande salle Vilar, le premier succès public de Tennessee Williams (1911-1983). La mise en scène et la scénographie originales sont signées de Daniel Jeanneteau, le nouveau directeur du Théâtre de Gennevilliers.

Un pari réussi
Par Jean‑François Picaut
Le programme « Révisez vos classiques », initié par l’Opéra de Rennes il y a quelques années, connaît toujours un grand succès. Il s’ouvre pour la première fois à la comédie musicale. C’est à la Cie Art Comedia qu’est revenu l’honneur d’inaugurer ce nouveau domaine.

Une fable politique très actuelle
Par Jean-François Picaut
Le Théâtre national de Bretagne donne enfin à voir au public français une grande version d’une des pièces les plus fameuses d’Arthur Schnitzler. L’évènement est d’autant plus remarquable que l’œuvre a une résonance tout à fait moderne pour ne pas dire immédiatement contemporaine.

Une fantaisie débridée
Par Jean-François Picaut
L’Opéra de Rennes a donné pour les fêtes de fin d’année plusieurs représentations de « l’Italienne à Alger » de Rossini, dans une nouvelle production. Une œuvre pétillante et drôle adaptée à ces circonstances.

Un vent léger de fraîche poésie
Par Jean‑François Picaut
En résidence pendant deux ans à l’Orchestre symphonique de Bretagne, le compositeur brestois Benoît Menut nous propose, en création mondiale à l’Opéra de Rennes, une symphonie écrite avec l’enfance pour ligne d’horizon.

Une œuvre en chantier ?
Par Jean-François Picaut
Le metteur en scène berlinois Peter Kleinert crée « Dantons Tod » (« la Mort de Danton ») à l’occasion de Mettre en scène 2016. Après cette résidence européenne de création, à Rennes, la pièce sera présentée à la Schaubühne de Berlin à partir du 17 décembre prochain.