Robinson : « Le roi, c’est moi ! »
Par Lorène de Bonnay
Le romancier Olivier Cadiot, artiste associé de l’édition 2010, et son compère metteur en scène Ludovic Lagarde, présentent un spectacle fin et jubilatoire adapté du roman « Un nid pour quoi faire », avec, en tête d’affiche, le magistral Laurent Poitreneaux.

« Chouf ouchouf » ou la beauté des frontières
Par Anaïs Heluin
En cette édition 2010 du Festival d’Avignon, la cour du lycée Saint-Joseph se mue en quelques jours en un incroyable carrefour de cultures et de genres…

Le manège désenchanté
Par Sylvie Beurtheret
Mon premier Festival d’Avignon… Je ne pouvais pas faire l’impasse sur la mythique cour d’honneur. Ce soir-là, « Casimir et Caroline », les amoureux déçus de l’auteur germano-hongrois Ödön von Horváth (1901-1938) s’y étaient pour la troisième fois donné rendez-vous…

Déception amoureuse
Par Estelle Gapp
Avec « Ciels », dernier épisode de la tétralogie « le Sang des promesses », comme avec « Seuls » au Festival d’Avignon 2008, le dramaturge Wajdi Mouawad répète ce geste essentiel de la création artistique : la prise de risque…

Fabuleux voyage, jusqu’au bout de la nuit
Par Estelle Gapp
La 63e édition du Festival d’Avignon restera marquée par cet évènement exceptionnel : la reprise de la trilogie « Littoral, Incendies, Forêts », du dramaturge Wajdi Mouawad, pour quatre nuits blanches – de huit heures du soir à huit heures du matin – dans la cour d’honneur du palais des Papes.

L’ange jaune
Par Delphine Beaugendre
Nouveau spectacle de Jan Fabre présenté cette année à Avignon, dans un registre plus intimiste que ceux auxquels le tumultueux et polémique metteur en scène flamand nous avait habitués…

[Reprise jusqu’au 5 juillet 2018 au Théâtre national de Chaillot, à Paris]
Un séisme
Par Olivier Pansieri
Pour trois représentations seulement, le Toneelgroep d’Amsterdam transforme le gymnase Gérard-Philipe en centre de congrès pour y présenter ses « Tragédies romaines » (« Coriolan », « Jules César », « Antoine et Cléopâtre »), de William Shakespeare, dans une mise en scène de Ivo van Hove.

Trash grotesque
Par Léna Martinelli
La pièce démarre très fort, avec l’enterrement du roi, le père de Hamlet – précisément avec son cadavre que l’on n’arrive pas à enterrer – et non l’apparition du spectre, qui aurait pourtant pu remarquablement hanter la cour d’honneur.

Rodrigo García nous invite à la « murga »
Par Margot D.
Au cloître des Carmes, les étoiles offrent au spectacle « Cruda. Vuelta y vuelta. Al punto. Chamuscada. (Bleue. Saignante. À point. Carbonisée.) », de Rodrigo García, le cadre idéal pour une soirée merveilleuse.