Pendant les fêtes, offrez (vous) du rêve et des émotions, de l’intelligence et de la poésie. Bref, du spectacle vivant ! Voici une sélection de spectacles à voir (ou à revoir), pour la plupart à partager en famille. De la danse, du cirque, la reine des comédies musicales et un conte, bien sûr.

Un homme qui fume, que ça fait du bien !
Par Laura Plas
« Un homme qui fume c’est plus sain », du collectif BAJOUR, s’impose comme un grand moment du festival Impatience. Le spectacle a tout d’un prix du public : une troupe d’excellents acteurs maîtrisant l’art de faire théâtre de rien et une histoire de famille tendre et terrifiante

Course contre la mort
Par Bénédicte Fantin
Le Théâtre des Bouffes-du-Nord accueille « Actrice », la dernière création de Pascal Rambert. Une distribution de haute volée pour transmettre un hommage à l’art du théâtre. L’interprétation puissante compense la propension bavarde de la pièce.

Le chaos comme partition originale
Par Laura Plas
Avec « Trust – Karaoké panoramique », Maëlle Dequiedt propose une adaptation à la fois pertinente et personnelle de la pièce de Falk Richter, « Trust ». Une réussite. Et la preuve, s’il en fallait, qu’il ne suffit pas de suivre bêtement un texte, comme au karaoké, pour en déployer le sens.

La vie servie sur un plateau !
Par Bénédicte Fantin
Après son triptyque remarqué sur l’héritage de Mai 68 et sa version modernisée d’« Oncle Vania », Julie Deliquet livre une nouvelle création jouissive, avec les membres du Collectif In Vitro : « Mélancolie(s) ». Fusionnant « les Trois sœurs » et « Ivanov » de Tchekhov, elle questionne à nouveau l’héritage familial.

Plus grand que nature
Par Lorène de Bonnay
Sous-titrée « Comédie burlesque et tragique de notre jeunesse passée », la pièce « Je suis un pays », une dystopie foutraque, marque la fin d’un cycle pour Vincent Macaigne. On y retrouve avec joie son esthétique, même si elle ne possède pas la fulgurance de certains spectacles qui l’ont précédée.

Makeïeff fait l’échappée belle avec Boulgakov
Par Bénédicte Fantin
De « la Fuite ! » signée Mikhaïl Boulgakov, une fresque épique et burlesque sur l’exil des Russes blancs, Macha Makeïeff tire un spectacle onirique. Elle rend justice à ce dramaturge avant-gardiste dont les mises en scène ont été empêchées de son vivant.