Jésus remeurt
Par Olivier Pansieri
Le metteur en scène Frédérique Loliée orchestre un chassé-croisé aussi délirant que vrai à partir de deux textes d’Antonio Tarantino : « Stabat Mater » et « Passion selon Jean ». Deux Jésus, une Marie et l’Administration comme chemin de croix, amen. On devrait étouffer et on éclate de rire, pour finalement y aller de sa larme. Ce n’est pas si fréquent. Les Deschiens attendant le Grand Inquisiteur de Dostoïevski.

Homère en poupe !
Par Laura Plas
Épaulée par cinq formidables comédiens, Pauline Bayle nous fait redécouvrir la langue et le monde d’Homère. Sans céder aux vertiges de l’actualisation ou du péplum, son diptyque« Iliade – Odyssée » exalte le dépouillement pour faire émerger l’imaginaire et la réflexion. Une réussite.

Tchekhov, le monde est Stone
Par  Cédric Enjalbert
En s’emparant des « Trois Sœurs » de Tchekhov, le metteur en scène Simon Stone réalise un remarquable travail d’adaptation. Un modèle du genre !

Scène de crime
Par Bénédicte Fantin
Ce monologue de Rémi De Vos a été écrit pour Juliette Plumecocq-Mech, sur une commande de Christophe Rauck, directeur du Théâtre du Nord à Lille et metteur en scène. La performance de la comédienne s’inscrit dans une mise en scène sobre et percutante qui donne brillamment à entendre le texte du dramaturge contemporain.

Hyper moderne solitude
Par Léna Martinelli
Le Collectif MxM, impulsé en 2000 par le metteur en scène Cyril Teste, poursuit ses recherches autour des écritures théâtrales contemporaines. Après le monde du travail (dans « Nobody »), la famille et ses secrets (dans « Festen »), il questionne aujourd’hui l’intime (dans « Ctrl-X »). À travers les outils de l’hyperconnexion, trois acteurs se mettent en scène et jouent une relation au monde dense et dissipée. Vertigineux !

Reprise de « Bienheureux sont ceux qui rêvent debout sans marcher sur leurs vies », de Boris Gibé et Florent Hamon, au Théâtre de la Cité internationale, à Paris