Plongée dans l’actualité
Par Trina Mounier
En programmant cette pièce de l’anglais Ramin Gray, le Théâtre des Célestins ignorait qu’il serait rattrapé par l’actualité. « Les Événements » dont il s’agit désignent en effet pudiquement des attentats terroristes qui nous ont touchés.

Étincelant et intelligent
Par Trina Mounier
Après avoir monté Pasolini et Koltès, la petite jeune Louise Vignaud, qui s’apprête à prendre la direction du Théâtre des Clochards-Célestes, haut lieu de la création à Lyon, met en scène aux Célestins « Tailleur pour dames », une mise en pièces diablement bien tournée de Georges Feydeau.

Mise en scène au cordeau
Par Trina Mounier
Pour monter cette pièce du Britannique Howard Barker, « Tableau d’une exécution », Claudia Stavisky a fait appel à une belle distribution et notamment à Christiane Cohendy qui porte avec brio le rôle d’une femme peintre que son choix de la vérité dans son art oppose au pouvoir en place. Sa mise en scène est à la hauteur de l’enjeu.

K.‑O.
Par Trina Mounier
« Acceso » est en tout point exceptionnel : après avoir retenu l’attention de Patrick Penot, grand dénicheur de paroles à la fois empêchées et authentiques pour l’édition 2015 de Sens interdits, ce spectacle chilien revient à Lyon pour une dizaine de représentations et offre l’occasion de découvrir un comédien impressionnant et bouleversant.

Jouir sans entraves
Par Michel Dieuaide
En ces temps de puritanisme militant, d’intégrisme criminel, il faut saluer le choix de Jean‑Pierre Cloutier et Robert Lepage de mettre en scène « Quills », pièce du dramaturge états-unien Doug Wright.

Une émulsion de gaieté
Par Trina Mounier
L’idée est à la hauteur de ce rebelle de la pesanteur qu’est Mathurin Bolze : inviter un collectif de musiciens-acrobates-circassiens à investir la belle salle à l’italienne des Célestins pour s’y livrer à toutes sortes de folies-pitreries-espiègleries…

Vertiges du corps
Par Michel Dieuaide
Les mains, les pieds et la tête aussi, telle est la signification du sigle M.P.T.A. que Mathurin Bolze et ses compagnons ont choisi en 2001 pour donner un nom à leur aventure circassienne…

Thierrée avait raison
Par Trina Mounier
Avec « La grenouille avait raison », son nouveau spectacle au titre aussi énigmatique que les fantasmagories qu’il met en scène et en corps, James Thierrée a ensorcelé le public des Célestins.