Mort, sexe, boisson et rigolade
Par Trina Mounier
Dernière pièce de l’auteur israélien Hanokh Levin prématurément disparu, « Requiem » passe pour une sorte de testament théâtral. Son titre l’indique en tout cas, c’est de mort qu’il y est question, mais de cette manière loufoque qui est la marque de l’auteur. Ni la farce ni la gravité n’ont pourtant réussi à gagner notre adhésion.

On ne badine pas avec l’amour
Par Trina Mounier
Ils ont une trentaine d’années et entreprennent de revisiter au théâtre le film mythique (et daté) de Jean Eustache, « la Maman et la Putain ». Surprise : les errements sentimentaux soixante-huitards s’exportent fort bien !

Un malade bien seul
Par Trina Mounier
Avec André Marcon qui reprend le dernier rôle tenu par Molière lui-même, on pouvait attendre un « Malade imaginaire » de haute volée. La mise en scène de Michel Didym, hélas, ne tient pas toutes ses promesses et pâtit d’un manque de cohérence.

Silence, on assassine
Par Trina Mounier
En montant « Petit Eyolf », l’une des dernières pièces de Henrik Ibsen, Julie Berès démontre avec brio l’actualité brûlante du grand auteur norvégien et nous propose une plongée vertigineuse dans l’enfer du couple.

Le dernier pied de nez de Voltaire
Par Trina Mounier
Voici un spectacle rafraîchissant, intelligent, drôle, vif, à l’image de son auteur, un Voltaire qui a dépassé les 60 ans, grâce au talent d’une troupe à peine trentenaire qui a de l’énergie à revendre…

Impasse de la haine
Par Michel Dieuaide
D’Ödön von Horváth, l’un des plus grands dramaturges de langue allemande du xxe siècle, mort de façon tragique et absurde à Paris en 1938, Simon Delétang met en scène « Un fils de notre temps ». Il s’agit de l’adaptation théâtrale d’un court roman établie par Guntrahm Brattia, comédien et metteur en scène autrichien, décédé lui aussi brutalement en 2014. Les Célestins coproduisent et accueillent cette création.

Vanités, vacuités
Par Trina Mounier
Malgré des répliques brillantes, une écriture ciselée, une distribution de haut vol, cette satire d’un microcosme littéraire parisien en exil dans une petite ville de province peine à convaincre.

Dussolier homme-orchestre
Par Trina Mounier
Difficile d’adapter pour le théâtre un texte aussi poétique et intimiste que celui d’Alessandro Baricco, « Novecento, pianiste ». André Dussolier contourne la difficulté brillamment, mais au détriment du roman.

Le mouvement, la vie
Par Trina Mounier
Venu du cirque où il défiait volontiers la pesanteur, Mathurin Bolze semble sortir de sa gangue pour s’incarner comme poète et danseur… Ce spectacle composé de deux « chorégraphies » est une pure merveille de beauté et d’émotion.

Insubmersible !
Par Trina Mounier
La première partie de « l’Histoire terrible de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge » nous avait laissés, nous qui connaissions l’effroyable réalité, étreints, à l’aube de l’arrivée au pouvoir des Khmers rouges…