À pleurer
Par Trina Mounier
Dans cette dernière tragédie ancrée dans la mythologie, Wajdi Mouawad tresse comme à son habitude hier et aujourd’hui, créant des échos et des correspondances. Mais cette fois, la pièce est guindée, empesée, le texte presque grandiloquent malgré quelques perles poétiques de toute beauté.

Dans la mer de cet « AntiFaust », on rame ! ¹
Par Lorène de Bonnay
Contrairement à Bob Wilson qui vient d’adapter les deux « Faust » de Goethe il y a quelques semaines, Sylvain Creuzevault puise librement dans le mythe du savant en quête de savoir absolu pour créer une pièce très ancrée dans son temps et touffue. « Angelus novus-AntiFaust », jouée à la Colline, nous conduit dans un voyage parsemé de moments inspirés, mais foutraque.

Bilan du festival du théâtre émergent, 8e édition
« Télérama », le Centquatre-Paris et la Colline – théâtre national se sont à nouveau associés pour présenter la 8e édition d’Impatience, festival de jeunes compagnies de théâtre contemporain.

Communiqué
Sur proposition d’Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, le président de la République, François Hollande, a nommé Wajdi Mouawad à la direction du Théâtre national de la Colline. Il remplacera Stéphane Braunschweig, qui a pris la direction de l’Odéon-Théâtre de l’Europe.

Alors, partir ?
Par Frédéric Nau
Entre théâtre et cinéma, Christiane Jatahy propose une adaptation originale des « Trois Sœurs », invitant le lecteur à partager la temporalité incertaine des personnages.

Un cycle italien qui se termine en beauté
Par Alicia Dorey
Avec une fluidité et une intelligence confondantes, Lucia Calamaro nous offre un texte à la fois drôle et profond sur la douleur d’être au monde, et clôt avec brio le cycle italien présenté à la Colline en cette rentrée 2015.