Précédent
Suivant

« Catégorie 3.1 », Lars Norén, Lorraine de Sagazan, Les Nuits de Fourvière, Lyon

Cat.3.1-Lars-Norén-Lorraine-de-Sagazan-Ensatt © David-Anemian

Ça pulse sous les cendres !

Par Trina Mounier
Les Trois Coups

Cinq ans après avoir fait des débuts très remarqués aux Nuits de Fourvière avec une pièce de Lars Norén, Lorraine de Sagazan revient à cet auteur suédois pour une création avec les élèves de la 81promotion de l’Ensatt. Une incontestable confirmation de son talent et de celui de ces jeunes artistes.

La pièce observe le quotidien de jeunes marginalisés, drogués, alcooliques, prostitués, psychotiques et même simplement chômeurs ou SDF fracassés par la vie, tous regroupés dans le quartier 3.1 de Stockholm. Comme à son habitude, la metteuse en scène a pris des distances par rapport au texte, l’utilisant comme matériau pour le travail de plateau truffé d’improvisations, où elle excelle.

Cat.3.1-Lars-Norén-Lorraine-de-Sagazan-Ensatt © David-Anemian
© David Anemian



La pièce de Norén présentait une sorte de regard sociologique objectif. Il n’entendait pas vraiment raconter une histoire. Ce qu’en fait Lorraine de Sagazan est, au contraire, une œuvre en mouvement, chorale et chorégraphique. Elle part du constat pour nous entraîner dans une fête sauvage, montrant ainsi les forces de vie qui s’expriment derrière la violence et la brutalité, ainsi que les relations sociales, souvent masquées par la méconnaissance et le refus des codes.

Le spectacle commence dans l’amphithéâtre qui permet d’ouvrir la salle sur l’extérieur. Sauf qu’ici, il est muré par des graphes comme on en voit dans les rues déshéritées. Entre le public et le rideau de fer, des individus présentent les caractéristiques de leur pathologie : l’un se tape la tête sur le rideau, l’autre harangue les spectateurs, une troisième trimballe son caddie le regard vide, etc. En tout, ils sont sept, cinq filles et deux garçons, tous formidables. Il s’agit à proprement parler d’une introduction qui va amener vers un complet bouleversement du regard.

Cat.3.1-Lars-Norén-Lorraine-de-Sagazan-Ensatt © David-Anemian
© David Anemian

On achève bien les pauvres gens

Car, au bout d’un quart d’heure, certes un peu longuet, un des personnages qui semble avoir de l’ascendant sur les autres ouvre enfin la porte et appelle comédiens et spectateurs à pénétrer dans la salle. L’atmosphère change du tout au tout : de la lumière, on passe dans l’obscurité, du béton des marches à la terre battue du sol, d’un monde géométrique à un univers plus humain, plus « rond ». Les spectateurs se répartissent comme ils le souhaitent sur des chaises disposées en plusieurs endroits, formant un cercle fictif, presque amical. Tout autour de ce manège, derrière les spectateurs, des éléments de décor suggèrent un monde plus familier, plus rassurant : une salle de bains, une cuisine, une chaire avec un micro, un bar et aussi une pièce d’isolement sans contrainte, puisque l’on y entre et qu’on en sort à volonté.

Que se passe-t-il dans ce manège ? Une vraie vie collective, malgré les irruptions incontrôlées de violence, les logorrhées répétitives, les cris, les pleurs. Une sorte de catharsis où le groupe évite soigneusement que ça n’explose. Comme un début de sociabilisation : on ne s’occupe pas vraiment d’autrui, mais on travaille à calmer les tensions, on parlerait presque de soin, en tout cas d’autorégulation. Au niveau de la dramaturgie, un savant mélange de solos et de scènes de groupe permet à la fois d’illustrer la cohérence de ce collectif malgré lui et les gros plans. Et cela sans l’aide d’aucune vidéo, fait remarquable.

Cat.3.1-Lars-Norén-Lorraine-de-Sagazan-Ensatt © David-Anemian
© David Anemian



De très belles scènes nous ont touchée : celle où l’une des femmes, qui a perdu une enfant dans des circonstances mettant en jeu sa responsabilité, déchire lentement, très lentement une lettre, des photos, un document officiel ; l’autre scène où le couple, qui passe son temps à copuler ou se battre, se prend la main dans un geste minuscule de tendresse… Preuve qu’une intelligence, un sens de l’autre, survit sous la misère. La danse satanique, chorégraphiée par Ricardo Moreno, est aussi de toute beauté. D’ailleurs, le rapport au temps, que Lorraine de Sagazan impose aux comédiens comme aux spectateurs, ne doit rien au hasard.

Au bout du compte, voilà un très beau spectacle, porté par de jeunes comédiens, dont la metteure en scène a su tirer le meilleur et qui sait mettre en relief l’humanité profonde du regard sombre de Lars Norén. 

Trina Mounier


Catégorie 3.1, de Lars Norén

Mise en scène : Lorraine de Sagazan

Assistante à la mise en scène : Salomé Bloch

Écriture dramatique : Pomme François-Perron et Alexis Mullard

Chorégraphie : Ricardo Moreno

Avec Lucile Courtalin, Valentin Chalus, Louise Benichou, Rayan Ouertani, Claire Mattina, Arnaud Guennad, Alizée Durkeim-Marsaudon

Conception costume : Léonie Avignon, Gabrielle Benoit

Assistanat conception costume : Laurine Channaux

Régie production costumes : Jennifer Ball, Telma Di Marco-Bourgeon

Conception sonore : Théo Armangol, Théo Rodriguez-Noury

Scénographie : Salomé Bathany, Kinga Sagi

Conception lumière : Enzo Cescatti, Georgia Tavarès

Régie lumière : Gabrielle Marillier, Lucas Collet, assistés de Michel Abdallah, Romane Lavigne, Mitzi Lowy

Atelier costumes : Jennifer Ball, Natacha Becet, Inès Catela, Emma Chapon, Appoline Coulon, Louise Daubas, Thelma Di Marco-Bourgeon, Emma Euvrard, Ameline Fauvy, Inès Forgues, Aurore Guillemenot, Mathilde Hacker, Valentine Issanchou, Tanguy Kretz,
Elise Massih, Mathilde Paris et Lisa Renaud

Habillage : Ameline Fauvy, Louse Daubas, Pyphanie Bicheux, Solène Legrand

Régie générale : Noé Germani Boyer, Tom Cantrel

Durée : 1 h 30

Ensatt • 4, rue Sœur Bouvier • 69322 Lyon cedex 05

Du 1er au 10 juin 2022, à 20 h 30, sauf les 3 et 10 juin à 15 h 30, relâche le 5 juin

Dans le cadre des Nuits de Fourvière, du 2 juin au 30 juillet 2022

Réservations : 04 78 15 05 05 ou en ligne (listes d’attente car complet)

Entrée libre

À découvrir sur Les Trois Coups :

Leurs enfants après eux, de Nicolas Mathieu, par Trina Mounier

L’Absence de père, d’après Anton Tchekhov, par Michel Dieuaide

Entretien avec Lorraine de Sagazan, par Juliette Nadal

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Du coup, vous aimerez aussi...

Pour en découvrir plus
Catégories

contact@lestroiscoups.fr

 © LES TROIS COUPS