Communiqué du Syndéac, 11 janvier 2022

Syndeac-Communiqué-11-janvier-2022

La culture ne ferait-elle plus partie du schéma éducatif national en temps de crise sanitaire ?

Annonce
Les Trois Coups

Le Syndeac s’inquiètent des annulations systémiques des sorties culturelles à destination des jeunes scolarisés. Ce communiqué du Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles est sorti deux jours avant la grève nationale des enseignants qui manifestent, ce jeudi, contre le protocole sanitaire. Et la veille de la parution de la synthèse Service public de l’art et de la culture, « 13 propositions pour un new deal culturel ».

À la suite d’annulations de toutes parts de sorties culturelles destinées au public scolaire, le Syndeac interpelle le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, ainsi que Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, sur l’importance de maintenir l’éducation artistique et culturelle.

Ces projets pédagogiques sont des missions d’intérêt général que les adhérents du Syndeac incarnent au nom du service public de l’art et de la culture.

L’importance de maintenir

l’éducation artistique et culturelle

En effet, les rectorats ne cessent d’adresser des messages défavorables aux sorties scolaires dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle. Les annulations de sorties se multiplient, avec pour conséquence, les annulations de spectacles et son cortège de difficultés pour les artistes et techniciens qui en sont victimes. Mais le plus grave, des enfants sont ainsi privés de sorties culturelles longuement préparées à l’avance dans un cadre éducatif très structuré.

Dans une FAQ du ministère de l’Éducation nationale, il est ainsi écrit « vivement recommandé de ne pas sortir en lieux fermés – théâtres, cinémas, musées ».

Toutes les activités se pratiquent sans risque, dans un strict cadre sanitaire,

et constituent un enjeu éducatif majeur.

Nous demandons que les sorties scolaires puissent reprendre dans l’esprit de responsabilité qui nous a toujours animé, et qui n’a jamais débouché sur des clusters ! Nous demandons au Premier ministre Jean Castex d’arbitrer ce point essentiel. Le Gouvernement a fait le choix, après le premier confinement, de ne jamais refermer les établissements scolaires tant les effets ont été désastreux ; dès lors, il doit en être de même de toutes les activités qui se pratiquent sans risque, dans un strict cadre sanitaire, et qui constituent un enjeu éducatif majeur.