La fresque sensible de Baro d’evel 
Par Léna Martinelli
Les fondateurs de Baro d’evel viennent d’ouvrir la saison du Théâtre 71 avec « Là » (prologue au spectacle coup de cœur de la saison passée « Falaise »). Outre sa qualité picturale, cette farce métaphysico-poétique se révèle d’une acuité saisissante, entre puissance sauvage et infinie délicatesse.

Dans les interstices d’un monde en ruine
Par Léna Martinelli
Dans cette nouvelle épopée où se rencontrent huit artistes, un cheval et des pigeons, Baro d’evel poursuit sa recherche d’un théâtre où s’imbriquent travail du corps et de la voix, d’un cirque (notamment équestre) qui repousse loin ses limites. Une fresque foisonnante et vertigineuse sur l’état de notre monde !