« Euthanasie humaine »
Par Léna Martinelli
Cyril Teste a recomposé l’œuvre politique de Falk Richter pour écrire un scénario inédit sur les dérives managériales et la déshumanisation au travail. Un spectacle original et décapant à voir absolument !

« Ostermeier backstage », de Gerhard Jörder
Un livre d’entretiens avec « l’enfant terrible de la scène allemande » : Thomas Ostermeier qui signe la mise en scène du « Mariage de Maria Braun » de Fassbinder, présentée au Théâtre de la Ville du 25 juin au 3 juillet 2015.

Théâtres sensibles ou sans cibles ?
Par Michel Dieuaide
Retour sur la manifestation dédiée aux écritures théâtrales pour l’enfance et la jeunesse conçue et organisée par le Théâtre Nouvelle Génération à Lyon. Au menu, quelques tables rondes, copieuses, mais pas forcément roboratives, consacrées à des questions qui agitent aujourd’hui le théâtre pour les jeunes spectateurs.

« Révélation », « Sacrifices » et « Tombeau », les pièces formant la trilogie sont toutes traversées par une réflexion sur la traite transatlantique et l’esclavage colonial. Fidèle à son habitude, Léonora Miano s’éloigne des sentiers battus pour arpenter des zones inexplorées de la mémoire transatlantique.

A comme… argent !
Par Fabrice Chêne
Que reste-t-il de l’amour dans un monde qui ne pense qu’au fric ? À travers la descente aux enfers d’un couple endetté, « Love and Money » propose une radiographie du monde néolibéral servie par de jeunes comédiens étonnamment justes.

Le spectacle qui tue
Par Olivier Pansieri
Théâtre du Rond-Point, une heure après « le Moche ». Deuxième volet du dyptique, « le Chien, la Nuit et le Couteau », toujours de Marius von Mayenburg, toujours mis en scène par Jacques Osinski…

Dennis Kelly s’occupe de notre perception du monde
Par Nicolas Arribat
Occupe-toi du bébé. Ou plutôt, non, ne t’en occupe plus, car le bébé est mort ! Occupe-toi donc de la carrière politique de ta maman, ou de la carrière professionnelle de ton psychiatre. Ou plutôt, non, ne t’occupe de rien : on le fait pour toi ! Regarde seulement, tu n’en croiras pas tes yeux.