« Saisir la chance d’une Europe artistique »
Annonce
Au « Comptoir des abîmes », Lise Facchin reçoit, pour cette cinquième édition, Anne Bérélowitch, directrice artistique de la compagnie L’instant même et fondatrice du laboratoire européen Instant Mix Theater Lab. Ensemble, elles se demandent notamment comment prendre appui sur la diversité des politiques culturelles des pays pour trouver ensemble un théâtre commun.

« On va se vautrer dans l’art ! »
Annonce
Au « Comptoir des abîmes », Lise Facchin reçoit, pour cette quatrième édition, Sarah Olivier, artiste multiforme, performeuse, poétesse, chanteuse, signature musicale de ce podcast. Un échange sur la peur diffuse qui règne depuis plus d’un an dans le secteur culturel, et ses remèdes : l’imaginaire, l’espoir d’orgies artistiques à venir !

Eschyle explose dans le « chœur des Pères »
Par Lise Facchin
Monter l’intégrale d’Eschyle avec quatre accessoires et trois comédiens, en ayant pris soin de retravailler les traductions, il n’y avait que Py pour s’atteler à un tel ouvrage…

Entre anthropologie et danse, la voie est rude !
Par Lise Facchin
Après « Fatmeh », Ali Chahrour poursuit sa recherche sur les rites funéraires chiites au travers de l’histoire de Leïla, pleureuse de son métier. Un spectacle riche et touchant, mais difficile d’accès pour le public non averti.

Ivresse mystique de l’Ineffable
Par Lise Facchin
Ali Chahrour, jeune chorégraphe libanais qu’Avignon célèbre, présente « Fatmeh », spectacle nourri d’une recherche sur les rituels funéraires chiites. Imparfait mais prodigieusement intéressant.

Beau et décousu, le drôle de Léviathan d’Aurélien Bory
Par Lise Facchin
À partir de l’ouvrage « Espèce d’espace » de Georges Perec, Aurélien Bory a monté un drôle de spectacle ponctué de moments de grâce, une sorte de forme étrange dans laquelle le spectateur est transbahuté d’un registre à l’autre, souvent hélas sans trop savoir pourquoi.

Un ballet sur le seuil des adieux
Par Lise Facchin
« Alors que j’attendais », d’Omar Abusaada, se joue au gymnase Paul‑Giéra. Un spectacle d’une intelligence et d’une simplicité étonnantes pour un sujet qui pouvait facilement verser dans le fossé.

Bon sang qu’il est joli, ce vin nouveau !
Par Lise Facchin
On n’avait pas eu l’occasion de l’applaudir à Paris depuis trop longtemps. Valérian Renault s’est produit en concert unique au Pan Piper, belle salle récente à deux pas des grilles du Père-Lachaise. Pas d’erreur pour la présentation de son album solo « Laisse couler ».

Israel Galván, danseur d’éclats
Par Lise Facchin
Avec une malice lumineuse, Galván combat dans l’arène un adversaire redoutable : le flamenco lui-même et sa rigueur codifiée. Avec une liberté tout animale, il conduit pendant une heure vingt un public béat sur des crêtes inattendues.