« En présence. Nous n’avons pas voulu proposer du théâtre autrement »
Par Lorène de Bonnay
La réouverture des lieux culturels le 19 mai (si tout va bien) vient d’être annoncée et le théâtre de la Bastille va pouvoir rouvrir ses portes au public. Quelques heures avant de connaître cette décision, nous avons rencontré la directrice des relations au public du théâtre, Elsa Kedadouche. Elle nous parle de son temps « suspendu » mais pas perdu.

Baroque ou barré ?
Par Laura Plas
Aussi explosif et retors que son modèle cinématographique, « Le Direktor », mis en scène par Oscar Gόmez Mata, propose une farce baroque sur le théâtre. Si la portée satirique s’en voit nettement émoussée, le spectacle épate souvent par sa liberté.

Songe à la douceur 
Par Laura Plas
David Geselson adapte au théâtre la belle « Lettre à D. » d’André Gorz. Un spectacle pudique et subtil qui crée l’intimité entre les spectateurs et les amants incarnés. Splendide.

Justice pour le bovarysme !
Par Trina Mounier
Quand le metteur en scène Tiago Rodrigues s’empare du célèbre roman de Gustave Flaubert, il s’intéresse à sa sulfureuse héroïne autant qu’à l’auteur et à la société bien-pensante de l’époque. Plaidoyer pour une conception scandaleuse de la littérature !

Homère en poupe !
Par Laura Plas
Épaulée par cinq formidables comédiens, Pauline Bayle nous fait redécouvrir la langue et le monde d’Homère. Sans céder aux vertiges de l’actualisation ou du péplum, son diptyque« Iliade – Odyssée » exalte le dépouillement pour faire émerger l’imaginaire et la réflexion. Une réussite.

La vie servie sur un plateau !
Par Bénédicte Fantin
Après son triptyque remarqué sur l’héritage de Mai 68 et sa version modernisée d’« Oncle Vania », Julie Deliquet livre une nouvelle création jouissive, avec les membres du Collectif In Vitro : « Mélancolie(s) ». Fusionnant « les Trois sœurs » et « Ivanov » de Tchekhov, elle questionne à nouveau l’héritage familial.

Si Rohmer m’était joué…
Par Bénédicte Fantin
Thomas Quillardet fusionne « les Nuits de la pleine lune » et « le Rayon vert » de Rohmer dans une même pièce de théâtre. En suivant les parcours sentimentaux de Louise et Delphine, le metteur en scène nous offre deux portraits de femmes touchants et drôles en évitant l’écueil de la mièvrerie.

Fascinante éclosion
Par Marie Lobrichon
Robyn Orlin et son stupéfiant interprète Albert Ibokwe Khoza transforment le jeu burlesque en une affirmation identitaire et politique, agrémentée d’une belle dose d’humour. Une performance puissante et jouissive.

Ô, bonheur des ogres !
Par Laura Plas
Promenade insolite et cocasse dans les forêts du conte, la nouvelle création de Nathalie Béasse est pleine d’éclats de rire et d’idées. « Tout semblait immobile » ou le royaume merveilleux de la perturbation ?