« Iliade – Odyssée », d’après Homère, théâtre de la Bastille à Paris

« Iliade - Odyssée » d’après Homère - Pauline Bayle © Pauline le Goff et Lorine Baron

Homère en poupe !

Par Laura Plas
Les Trois Coups

Épaulée par cinq formidables comédiens, Pauline Bayle nous fait redécouvrir la langue et le monde d’Homère. Sans céder aux vertiges de l’actualisation ou du péplum, son diptyque « Iliade – Odyssée » exalte le dépouillement pour faire émerger l’imaginaire et la réflexion. Une réussite.

Homère fait un tabac depuis 2015 ! La compagnie À tire d’ailes attire un public varié et fait salle comble. La première clé de ce succès est le fin travail de rhapsode accompli par la metteuse en scène. Comme dans un musée le nombre de tableaux peut écraser les œuvres, le flot de l’épopée noie parfois un détail magnifique. Mais Pauline Bayle parvient à nous faire ressentir avec une force nouvelle la beauté d’une formule ou d’un épisode oubliés, en taillant dans le texte, en le cousant avec talent.

« Iliade - Odyssée » d’après Homère - Pauline Bayle © Pauline le Goff et Lorine Baron
« Iliade – Odyssée » d’après Homère – Pauline Bayle © Pauline le Goff et Lorine Baron

Cette beauté s’impose d’autant plus que la parole se déploie sur un plateau dépouillé, où l’œil ne s’égare pas. Des chaises, quelques seaux, de la peinture, et voici qu’émergent, par exemple, les eaux furieuses du Scamandre ou la terre si chérie d’Ithaque. Il s’agit ici d’évoquer, voire d’invoquer, plutôt que d’illustrer l’épopée. La scénographie, presque picturale, joue en effet sur la symbolique des couleurs. Les déplacements des comédiens suffisent à suggérer une action fabuleuse. Enfin, le magnifique travail sur la lumière de Pascal Noël, qui sculpte l’ombre et la lumière, nous oblige parfois à traquer un signe, une silhouette. Le spectateur doit alors se fier à son imaginaire, comme dans un livre

Cinq garçons et filles dans le vent épique !

Place aux mots donc et aux cinq excellents interprètes qui les portent. On aurait du mal à distribuer les bons points : les comédiens sont tous investis et convaincants. Leur jeunesse redonne du lustre à des figures figées dans leur sacralisation littéraire. Évacuant toute interprétation psychologisante, ils atteignent la puissance des héros épiques et nous font admettre les partis pris les plus fous. Les deux comédiennes campent de magnifiques Hector et Achille ; les garçons nous touchent en Andromaque ou Calypso. La vérité des personnages n’est plus à chercher dans le physique de ces interprètes, c’est la magie du théâtre quand il est bien fait. Bien sûr, on frôle parfois le systématisme avec les changements de rôles ou les chœurs, mais le danger est vite écarté par les idées de mise en scène.

« Iliade - Odyssée » d’après Homère - Pauline Bayle © Pauline le Goff et Lorine Baron
« Iliade – Odyssée » d’après Homère – Pauline Bayle © Pauline le Goff et Lorine Baron

Ainsi, le texte nous interroge-t-il encore : les vertus dites viriles sont-elles masculines ? Que valons-nous, nous qui, tels les prétendants, ne savons pas accueillir l’étranger à notre table ? Jamais Pauline Bayle n’instrumentalise le texte pour poser ces questions, mais elle le fait résonner avec justesse. Sa démarche, opposée à celle des actualisations sottes et des péplums, est vraiment digne d’intérêt : elle aboutit à un beau moment théâtral. 

Laura Plas


Iliade – Odyssée, d’après Homère

Adaptation : Pauline Bayle à partir des traductions de Victor Bérard et Leconte de Lisle

Compagnie À tire d’ailes

Mise en scène : Pauline Bayle

Avec : Charlotte van Bervesselès, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin

Durée d’Iliade : 1 h 25

À partir de 11 ans

Teaser vidéo

Photo © Pauline le Goff

Durée d’Odyssée : 1 h 45

À partir de 15 ans

Photo © Lorine Baron

Théâtre de la Bastille • 76, rue de la Roquette • 75011 Paris

Du 8 janvier au 3 février 2018 en alternance, Iliade : les 8, 10, 15, 17, 23, 25, 30 janvier et le 1er février à 19 heures, Odyssée : les 9, 12, 16, 19, 24, 26, 31 janvier et le 2 février à 19 heures ; intégrales le samedi à 17 heures.

De 15 € à 27 € pour chacun des spectacles

De 24 € à 44 € pour le diptyque

Réservations : 01 43 57 42 14


À découvrir sur Les Trois Coups :

Clouée au sol, de Georges Brant, par Bénédicte Fantin

Lauréats du festival Impatience 2016