« Et je lui porte enfin mon cœur à dévorer »
Par Tiphaine Pocquet du Haut-Jussé
« Andromaque » est écrite en 1667 par un auteur qui n’a pas encore trente ans. Murielle Mayette ressuscite ce chef-d’œuvre dans une mise en scène sobre, tout en émotion contenue, faisant la part belle à la poésie de l’alexandrin.